WWW

Twitter -- https://twitter.com/reneepaule Pinterest -- https://www.pinterest.com/reneepaule/ Instagram -- http://instagram.com/reneepaule/ Facebook -- https://www.facebook.com/reneepaulegauthierviolin

Info

 

En route pour Calgary! 

Je pars en voyage, dans ma valise je mets : mes bottes de cowboy…

Heading to Calgary for a year to play as Acting Assistant Concermaster for the Calgary Philharmonic Orchestra.  I am so excited about the months ahead!  New city, new position, new colleagues, what a great adventure!  

Hopped in a cab at 4am for a 6am flight!  Oh boy!!! 

I don’t know much about my future city as I head to the Ottawa airport.  Only what I remember from my previous short visits while on tour and what I can find from a Google search:

"Calgary (pronounced /kælÉ¡ri, kælÉ¡É™ri/) is the largest city in the Province of Alberta, Canada.

Nickname(s): Cowtown, The Stampede City , The Heart of the New West

Motto: Onward

Greater Calgary is the fifth largest CMA in the country after Toronto, Montreal, Vancouver, and Ottawa. Located 300 km (200 mi) due south of Edmonton, Calgary is well-known as a destination for winter sports and ecotourism with a number of major mountain resorts near the city and metropolitan area. Economic activity in Calgary is mostly centred on the petroleum industry." (source: Wikipedia)

One thing I quickly realized while going through security: wearing a top with snap buttons is not a good idea when travelling.  Lots of beeping = lots of patting!  Very time-consuming.  Luckily, the girl who was screening me had a good sense of humour.  The comical aspect of it, increasing exponentially with each snap button discovered, had her and I giggling hysterically by the end.   Oh, and btw, jeans are no good either: too many metal studs.  So, to sum up: jeans, belt, zippered boots and snap-buttons-covered top make for an eventful airport security screening.

The flight was uneventful.  The weather is glorious when I land, which I hope is a sign of things to come for me during the 10 months ahead.  It is really impressive to see the city’s skyscrapers rising from the prairie!  After Jonquière, Montréal, Rochester, Niagary-on-the-Lake, Hartford, Miami, and Ottawa, here I come Calgary!

Sitting in the cab, I can’t wait to see what my 10th living accommodation will look like.  Lovely, it turns out.  Ouf!  That’s a big relief!  I found the place online rather quickly and spoke to owner for a grand total of five minutes before I wired her a mountain of money.  I was in a rush, what else can I say?  I did get a little worried when I couldn’t find a fridge in the lovely house’s lovely kitchen, but I eventually did locate it, hidden in a cupboard.  Very reassuring to know that I will be able to have basic groceries and cold beverages.

I had my first cowboy hat sighting eight minutes into my first downtown walk!  Now, all I have left to do is find a country music radio station and learn a few sad lyrics! 

I’ll be a real cowgirl in no time!

Calgary

When you’re on tour, it can be challenging to find a balance between the excitement of discovering new places and cities, and the need to maintain some kind of routine so that you’re in good shape and ready for every performance.

We NACO musicians are really lucky: the hotels are always comfortable, and they offer a range of useful services. Each of us has his or her own room, so we can set up—for a few hours or a few days—a little “home away from home” and take some time alone when we need it.

Everyone has their own particular habits when we arrive at a new hotel. Some people drop their bags in their room and go straight to the gym; others like to unpack their instrument and play a few notes. Some people can’t wait to stretch out for a nap, while the shopaholics make a beeline for the local stores to see what delights they offer. The artists among us often take the opportunity to make a few sketches or take photographs of the surrounding landscape and other features.

As for me, I like to take a few minutes to familiarize myself with my new surroundings and settle in a bit. I make a few ‘phone calls and check my e-mail so I won’t fall behind on the many projects I’m involved in. Once I’ve got everything lined up for the next few days, I might take out my violin, head for the gym, or go out looking for the nearest restaurant, depending on the day’s schedule.

And then it’s time for the concert. I usually arrive early so that I’ll have time to warm up properly—no one likes last-minute surprises! After the performance I like to have a drink in the good company of my fellow musicians!

One of my favourite morning rituals is to make myself a cup of coffee in my hotel room while I listen to the news and pack my bags. I adore the comforting warmth of the hot drink, and I’m usually in a good mood as I look forward to the day ahead. I love travelling, eating well, exploring new cities, spending time with my colleagues, meeting new people, and most of all, performing—so touring is the perfect activity for me!

Not surprisingly, after spending a few days or weeks in different hotels, and as fatigue builds up, I can sometimes get a little confused. I may forget which hotel we’re staying in, or which is my room number, or even what city I’m in! I even managed to get lost in one hotel (the Empress in Victoria), and one stellar day I poured an entire bottle of body lotion into my hair, having mistaken it for conditioner. Those bottles all look alike! Luckily, my mishaps tend to be pretty minor, and so far I haven’t had any real disasters!

Before I sign off I should mention the touring musician’s most precious assets: gadgets! Cell phones, iPods, laptop computers, BlackBerrys, cameras and DVD players—our little electronic toys help the tour unfold smoothly and efficiently. Besides making day-to-day planning and logistics much easier, they keep us entertained and informed, record our activities, and most important, help us stay in touch with beloved family members back home.



Calgary

En tournée, il peut être parfois difficile de garder l’équilibre entre l’excitation de la nouveauté qui nous pousse à vouloir explorer les différentes villes où nous nous trouvons et le besoin de conserver un semblant de routine afin de performer de façon optimale.

Nous sommes très privilégiés avec l’OCNA. Les hôtels sont toujours confortables et offrent des services fort utiles pour les artistes nomades. Chaque musicien a sa propre chambre. Ceci permet à chacun de pouvoir établir, pour quelques heures ou quelques jours, un petit chez-soi loin de la maison et nous donne la chance de pouvoir profiter d’un peu de solitude revigorante.

Chaque personne a ses propres habitudes lorsque nous arrivons dans un nouvel hôtel. Certains se ruent au gymnase dès les bagages déposés dans leur chambre, tandis que d’autres aiment sortir leur instrument et jouer quelques notes. Quelques-uns s’allongeront pour une sieste bien méritée pendant que les adeptes du magasinage sortiront pour explorer ce que les environs ont à offrir. Les artistes visuels parmi nous profiteront de l’occasion pour faire quelques croquis ou prendre des clichés des différents paysages et reliefs que nous visitons.

Pour ma part, j’aime prendre quelques minutes pour me familiariser avec mon nouvel environnement et m’installer un peu. Je ferai quelques appels et vérifierai mes courriels. De cette façon, je reste à jour dans les multiples projets dans lesquels je suis impliquée. Une fois assurée que tout est en ordre pour les jours à venir, je sortirai mon violon, me dirigerai vers le gym ou partirai à la recherche du restaurant le plus proche, selon les besoins de la journée.

Vient ensuite l’heure du concert. Je me présente tôt. J’aime avoir le temps de me réchauffer comme il faut et je préfère éviter les surprises de dernière minute. Le concert terminé, j’apprécie toujours un bon verre en bonne compagnie!

Un de mes rituels matinaux préférés est de me faire une tasse de café dans ma chambre. Je la bois en écoutant les nouvelles et en faisant tranquillement mes bagages. Je raffole du réconfort que me procure la chaleur du breuvage et je suis plus souvent qu’autrement d’humeur joviale, contemplant avec anticipation les activités de la journée. J’adore voyager, bien manger, découvrir de nouvelles villes, passer du temps avec mes collègues, rencontrer des gens nouveaux, et, surtout, jouer des concerts. Je suis donc facilement comblée en tournée!

Évidemment, après plusieurs villes et hôtels (et la fatigue accumulée aidant!) il arrive que je devienne un peu confuse. J'oublie parfois le nom de l'hôtel où nous restons, mon numéro de chambre, ou même la ville où je suis! Il m’est aussi arrivé de me perdre complètement dans un hôtel (le Empress à Victoria) et de me verser une bouteille entière de lotion pour le corps dans les cheveux, l’ayant confondue avec la bouteille de revitalisant. Ces bouteilles sont toutes semblables! Heureusement, mes mésaventures ont tendance à être bénignes et je n’ai rien de dramatique à rapporter jusqu’à présent!

Finalement, je me dois de mentionner les joyaux précieux d’un musicien en tournée : ses gadgets! Cellulaires, iPods, ordinateurs portables, BlackBerrys, caméras et lecteurs DVD. Nos petits jouets électroniques contribuent de façon majeure au confort et au bon déroulement de notre voyage. Ils facilitent incroyablement la logistique quotidienne, nous divertissent, nous tiennent au courant des dernières nouvelles, documentent nos activités et, surtout, nous gardent en contact avec nos familles bien-aimées.

Addendum

Edmonton

Yesterday was a very emotional day, for a lot of reasons.

My morning began at the Kipnes Centre, a veterans’ hospital in north-end Edmonton, with NACO bassoonist Vincent Parizeau and flutist Gertrude Létourneau, music coordinator at the Perley Rideau Veterans’ Health Centre in Ottawa. We gave a one-hour concert of works ranging from classical pieces to French chansons to Canadian folk songs. Our audience was made up of Kipnes Centre residents, a wonderful group of Second World War and Korean War veterans.

I experienced the whole gamut of emotions during our concert. I really enjoyed performing with my fellow musicians, and the audience seemed to be having fun too. My heart was filled with pride and tenderness for the veterans, and I couldn’t help feeling amazed and deeply touched at the sight of these men, once young and strong, still vibrantly alive, whose precious contribution made our country what it is today. Hearing them sing along to “Lili Marlene” literally brought tears to my eyes! I feel truly honoured to have had the opportunity to meet them, and I’d like to think that our visit brought a little joy to their lives.

Next, I joined the rest of the orchestra at the CFB Edmonton Field House, where we gave a matinee concert for 1400 local students. For the nth time that day, my heart swelled as hundreds of children played the theme of Beethoven’s Ninth Symphony with us on their recorders. I couldn’t tell you exactly why, but there was something incredibly powerful about the music that surrounded me at that moment!

After the concert the orchestra was invited to a reception at the residence of the Lieutenant-Governor of Alberta. As usual at these events, the food and wine were excellent and the surroundings impressive! I’d like to mention the charming speech given by the Lieutenant-Governor. We hear a lot of speeches (!) during these performance and education tours, and the Honourable Norman L. Kwong’s remarks were very refreshing!

Last but not least, the high point of this extraordinary day: the election of Barack Obama as the 44th President of the United States! Many of us were in the hotel lobby when the results were announced, and the energy in the room was electrifying! Obama’s acceptance speech moved me to tears, and I was incredibly happy to have lived this historic moment surrounded by dear friends and colleagues.

I fell asleep last night thinking about my day, about all the people who have woven our history, about those who will build our future, and about the man who has given us all hope for that future!

Edmonton

Hier fut une journée chargée en émotions, pour bien des raisons.

La matinée a débuté au Centre Kipnes, un hôpital pour anciens combattants situé au nord d’Edmonton, en compagnie de Vincent Parizeau, bassoniste avec l’OCNA, et Gertrude Létourneau, responsable des activités musicales au Centre Perley-Rideau pour anciens combattants à Ottawa. Nous avons présenté un court concert d’une heure comprenant des oeuvres de tous genres, en partant du classique jusqu’aux chansons françaises, en passant par le folklore canadien. Notre auditoire était composé des résidents du Centre Kipnes, un merveilleux group d’anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée.

J’ai passé par toute la gamme d’émotions durant cette prestation. Je me suis franchement amusée avec mes collègues et les spectateurs ont semblé se plaire tout autant. Mon coeur était plein de fierté et de tendresse pour le groupe présent devant moi! Je ne pouvais qu’être émerveillée et profondément touchée en contemplant ces hommes, jadis jeunes et forts, encore dynamiques aujourd'hui, et dont la contribution précieuse a fait de notre pays ce qu’il est aujourd’hui. Les entendre chanter “Lilli Marlene” avec nous m’a ému aux larmes! Je me sens sincèrement honorée d’avoir eu l’occasion de les rencontrer et j’aime à croire que notre visite leur a apporté un peu de joie.

J’ai ensuite rejoint le reste de l’orchestre au Field House de la base militaire d’Edmonton où nous avons joué un concert pour 1400 écoliers de la région. Pour la énième fois depuis le matin, mon coeur s’est serré d’émotions à l’écoute de ces centaines d’enfants jouant le thème de la Neuvième Symphonie de Beethoven avec nous sur leurs flûtes à bec. Je ne pourrais dire exactement pourquoi, mais il y avait quelque chose d’incroyablement puissant dans la musique qui m’entourait à ce moment-la!

Après le concert, l’orchestre s’est rendu à une réception donnée en notre honeur à la résidence du Lieutenant-gouverneur de l’Alberta. Comme toujours lors de ces réceptions, la bouffe et le vin furent excellents et le décor impressionnant! J’aimerais mentionner le discours charmant du Lieutenant gouverneur. Nous avons à écouter beaucoup de discours durant ces tournées (!) et celui de l’honorable Norman L. Kwong fut franchement rafraichissant!

Finalement, le clou de cette journée hors de l’ordinaire: Barack Obama élu 44ème président des États-Unis! Plusieurs d’entre nous se trouvaient dans le lobby de notre hôtel lorsque les résultats furent annoncés et l’énergie dans la salle était absolument électrisante! Le discours m’a fait verser des larmes et j’étais incroyablement heureuse à l’idée de vivre ce moment historique entourée d’amis et de collègues chers!

Je me suis endormie paisiblement hier soir en pensant à ma journée, en pensant à ceux qui ont tissé notre histoire, à ceux qui vont bâtir notre avenir, et à celui qui nous donne tous espoir pour cet avenir!

Addendum

Victoria, BC

One of my favourite things about touring is the interpersonal side of it. The music community is widely scattered, so it’s not unusual for me to know someone in nearly every centre we visit. I really enjoy reconnecting with old friends and acquaintances, and having an opportunity to renew and strengthen those relationships.

I’m also privileged to have this incredible opportunity to get to know my colleagues on a more personal level. The rich creativity of this eclectic group of passionate musicians never fails to amaze and inspire me! It’s a real pleasure to spend time with them, sharing laughter and good times and living this extraordinary experience in their company.

And then there are the people we meet along the way, who add so much to the experience.

I’m thinking, for example, of the staff of Air North, the airline that looks after most of our charter flights. They are the friendliest crew I’ve ever met, and they really go out of their way to make each trip as enjoyable as possible. Not to mention the meals: best airline food I’ve ever had! (Granted, I’ve never flown first class, but still…)

And there’s the super-nice manager of our hotel in Prince George., who spent most of her afternoons during our stay acting as a chauffeur, ferrying orchestra musicians to and from the shops, the golf course, the pharmacy, the grocery store… Remarkable! (So remarkable, in fact, that we were almost able to overlook the sudden increase in the price of our breakfast the day of our departure.)

No matter where we may be, it’s amazing how a simple smile or a friendly gesture can make us wandering musicians feel right at home!

Victoria, C.B.

Un de mes aspects préférés par rapport aux tournées est le côté hautement humain des choses.

Le monde musical étant très ramifié, je connais quelqu’un dans pratiquement chaque ville que nous visitons. J’adore revoir amis et connaissances de longue date et avoir la chance de renouer et renforcer les liens déjà établis avec eux.

C’est aussi un privilège pour moi d’avoir l’opportunité de connaître mes collègues sous un angle plus personnel. Je suis toujours fascinée et grandement inspirée par la richesse intérieure de ce groupe éclectique de musiciens passionnés. C’est un réel plaisir de pouvoir passer du temps avec eux, partager rires et bons temps et vivre ces expériences extraordinaires en leur compagnie.

Il y aussi les gens que nous rencontrons en chemin et qui ajoutent tant à l’expérience.

Je pense au personnel de Air North, la compagnie aérienne avec laquelle nous faisons la plupart de nos vols nolisés. Leur personnel est le plus sympathique que j’aie jamais rencontré, allant vraiment au delà de leur description de tâche afin de s’assurer que notre voyage soit le plus agréable possible. Sans parler de leurs repas: meilleure bouffe que j’aie jamais consommée en avion. Évidemment, je n’ai jamais voyagé en première classe mais, bon…

Il y a aussi la gentille gérante de l’hôtel à Prince George. Lors de notre séjour là-bas, elle a passé la plus grande partie de l’après-midi à conduire les musiciens de l’orchestre d'une place à l'autre, soit au magasin, soit au terrain de golf, soit à la pharmacie, soit à l’épicerie. Alouette! (Cela nous fera presque oublier le fait que le prix du déjeuner ait été étrangement augmenté le matin de notre départ.)

Peut importe où nous nous trouvons, pour le musicien loin de chez lui, c’est fou à quel point un sourire ou un geste amical, peut nous faire nous sentir chez nous pendant un bref moment!

Addendum

Whitehorse, Yukon

I love touring! It’s incredibly stimulating to explore new cities and meet musicians and artists from other places. And touring with NACO is always a pleasure: the hotels are comfortable and everything is impeccably organized. The tour has gone really well so far, and I take my hat off to everyone who has worked so hard to make the tour a success.

A tour like this requires a phenomenal amount of preparation, and it’s thanks to the heroic efforts of the NAC’s administrative team that we are able to bring our concerts and education activities to audiences in western Canada.

They are always available to answer questions and deal quickly and efficiently with anything that comes up. And believe me, something always comes up! But maybe I’ll save that for a future entry…

After four days in Vancouver and one in Prince George, we’ve just landed in Whitehorse, Yukon. I’m very excited: this is my first visit to one of Canada’s territories! After waiting in line for the elevator for what seemed like forever, and dropping my luggage in my room, I hunted down a computer so that I could post this brief report!

We have a few hours to spare before the rehearsal and the concert, and I’m planning to do a little practising (after all, it’s important to keep my fingers in good working order) and check out the hotel gym (to keep the rest of me in good working order!). So I’ll say goodbye for now, and best wishes from the Yukon!

Whitehorse, Yukon

Partir en tournée est quelque chose que j’adore! L’opportunité de découvrir de nouvelles villes et de rencontrer des musiciens et des artistes originaires d’ailleurs est incroyablement stimulante. De plus, voyager avec l’OCNA est toujours fort agréable : les hôtels sont confortables et l’organisation est impeccable. Jusqu’à présent, le tout s’est déroulé à merveille et je lève mon chapeau à tous ceux qui ont travaillé si fort afin d’assurer le bon déroulement des opérations.

Une tournée de ce genre nécessite une préparation incroyable, et c’est ce travail herculéen accompli par l’équipe administrative du CNA qui rend possible la présentation de nos concerts et activités éducatives au public de l’Ouest canadien.

Ils sont toujours sur le qui-vive, prêts à répondre à toutes les questions et à faire face à toutes les situations d’une façon admirablement rapide et efficace! Et il y a toujours une situation, croyez-moi! Matériel pour une autre entrée peut-être…

Après quatre journées à Vancouver et une à Prince George, nous venons d’atterrir à Whitehorse, au Yukon. Je suis très excitée, ceci étant ma première visite dans un Territoire. Après avoir attendu dans la ligne de l’ascenseur pendant ce qui a semblé être une éternité et déposé mes bagages dans ma chambre, je me suis mise à la recherche d’un ordinateur et me voici enfin attelée à la tâche d’écrire ces quelques mots!

Ayant quelques heures devant moi avant la répétition et le concert, je prévois prendre un peu de temps pour pratiquer (il faut bien garder les doigts en pleine forme après tout, n’est-ce pas?) et visiter le gym de l’hôtel (pour garder le reste du corps en pleine forme!). Je vous laisse donc, pour le moment, et vous envoie mes meilleures salutations du Yukon!

Addendum

Jour 16 - 9 août 2008

Virtuoso Tango, concert final, dernier Cabaret-légion, le personnel dédié et les merveilleux bénévoles!

Virtuoso Tango
Virtuoso Tango
photo par Bill Young


Je me suis présentée à St-John’s vers onze heures pour mon dernier concert au festival cette année. Comme il arrive souvent lorsque je présente un concert solo (ou duo!), je ressentais à la fois de la nervosité et de l’excitation. La préparation pour un concert de ce genre peut être un peu comparée à la préparation d’un athlète pour les olympiques. Cela implique beaucoup de travail, de discipline et de sacrifices. C’est un mode de vie, un processus qui a commencé dès notre plus jeune âge et qui évolue constamment, à chaque jour.

Andrew Mah
Virtuoso Tango
photo par Bill Young


Le tout s’est très bien déroulé et Andrew et moi étions très satisfaits de notre première performance ensemble. Nous nous sommes ensuite rendus au restaurant adjacent pour un copieux brunch avec des amis. J’ai passé le reste de l’après-midi mangeant et buvant avec divers collègues, profitant d’un répit bien mérité!

Au programme de la soirée, deux évènements hauts en couleurs. En premier lieu, le concert final du festival mettant en vedette le Trio Gryphon, Robert Pomakov, le Chœur Amadeus et les Elmer Iselers Singers dans des œuvres de Larysa Kuzmenko et Christos Hatzis.

Suivant le gala de clôture fut la dernière soirée au Cabaret-légion, réservée aux artistes du Festival. L’atmosphère était à la fête! Tout les artistes, les membres du personnel et les bénévoles partageaient la satisfaction du travail bien fait et la joie d’avoir quelques jours de congé devant eux après ce long marathon musical! Andrei Krylov, un guitariste flamenco phénoménal originaire de Russie nous en mis plein la vue! Malheureusement pour lui, nous étions plus dans l’esprit de célébrer que d’écouter de la musique et prêtions plus ou moins attention à la performance, mais je me promets d’essayer d’aller le voir en concert dès que possible car je suis consciente d’avoir manqué quelque chose de spectaculaire!

Bénévoles
Bénévoles dans le lobby de Dominion Chalmers
photo par Bill Young


Dans son discours final, le directeur général de la Société de musique de chambre, Glenn Hodgins, rendît hommage aux deux groupes de personne dont le travail et le dévouement ont fait du festival ce qu’il est aujourd’hui et ont fait de l’édition 2008 un retentissant succès : le personnel et les bénévoles. Il est impossible pour moi de leur rendre pleine justice tant la tâche qu’ils ont accomplie est incroyable. La logistique entourant un évènement de ce genre est impressionante et cette équipe minuscule s’est donnée corps, cœurs et âmes et a, une fois de plus, réussi l’impossible! Ils incarnent le meilleur de ce que l’être humain a à offrir : une vision commune, la foi en ce qu’ils sont capable de créer tous ensemble, un dévouement sans compromis et une formidable détermination.


Trio Gryphon
Trio Gryphon


C’est avec grande joie que nous avons tous appris que le Trio Gryphon sera de retour au rènes de la direction artistique pour Chambrefête 2009! Leur créativité, leur talent et leur énergie sans bornes ont été à la source d’une programmation éclatante, variée, riche en répertoire et artistes formidables.

Je lève mon verre à un Chambrefête mémorable!

Maintenant, je dois porter mon attention sur les choses que j’ai grossièrement négligées dans les dernières deux semaines : Lavage, ménage, époussetage, repassage… (Soupir!)




Jour 15 - 8 août 2008

Pratique, pluie et répétition

Demain est le jour de mon concert avec Andrew Mah. Intitulé Virtuoso Tango (je ne sais plus qui a choisi le titre mais ce n’est pas nous!) le programme comprend des œuvres de compositeurs sud américains, dont plusieurs de Piazzolla, dans des arrangements faits par Andrew. J’ai été capable de garder le répertoire sur le réchaud pendant la durée du festival et, aujourd’hui, je revisite le tout en profondeur. Un petit dernier sprint jusqu’à la ligne d’arrivée!

Une fois la pratique terminée, je suis sortie de mon antre afin de prendre un bon café (Bridgehead, comme d’habitude!) et avaler une bouchée au restaurant mexicain du coin (délicieux burrito chez Pancho Villa, mon tex-mex préféré). Mon plan initial était ensuite de me rendre au concert d’I Furiosi mais la pluie diluvienne qui est tombée juste avant mon départ a eu raison de mes meilleures intentions.

Après un court arrêt à la maison, je me suis rendue au CNA pour ma générale avec Andrew. Le pauvre venait à peine d’atterrir, revenant de Vancouver, et s’est présenté mal en point, ayant à combattre un mauvais rhume. Après un court « run-through » et un Perrier au pub (pas d’alcool la veille d’un concert matinal) je suis maintenant de retour à la maison et vous souhaite bonne nuit!

Plus qu’une journée avant la fin du festival! J’ai peine à y croire!




Jour 14 - 7 août 2008

Pratique, générale et concert de In Memory of Richard Bradshaw et concert du Quartetto Gelato

Je me suis permis de faire la grasse matinée ce matin afin de récupérer après les maintes activités des derniers jours et les quelques verres de la veille. Repos bien mérité, selon moi. Après un peu de pratique je me suis rendue à la légion pour la générale de la pièce que Ben Bowman, Stephen Sitarski, Donnie Deacon et moi-même avons jouée à la légion ce soir.

Entre la générale et le concert, j'ai fait un petit arrêt à Dominion-Chalmers pour le concert du Quartetto Gelato. Ce groupe, maintenant réputé de part le monde, marrie qualité artistique et comédie. Certaine personnes sont catégoriquement contre ce genre de « vulgarisation » de la musique classique. Malgré le fait que cette approche ne soit pas nécessairement ma préférée, je me dois de défendre la validité de ce genre de concept. Le but premier de la musique est d’élever l’âme, d’éveiller les sens et de toucher les cœurs. Comme pouvaient en témoigner les applaudissements chaleureux du public, le Quartetto a grandement atteint son objectif de faire plaisir à son auditoire ce soir. Je ne peux qu’encourager les musiciens à rendre la musique le plus accessible possible à tous. Je dois absolument mentionner l’accordéoniste du groupe : Alexander Sevastian, un musicien à la technique spectaculaire qui semble tout à fait décontracté et parfaitement à l’aise sur scène!

De retour à la légion, il était difficile de se tailler une place dans la minuscule « loge »… Il s’agit en fait d’un vestiaire encombré! En plus de notre groupe de quatre violonistes, vous pouviez compter les harpistes Lori Gemmell et Jennifer Swartz, les membres du quatuor Cecilia ainsi que le Quartetto Gelato. Les musiciens ont fait contre mauvaise fortune bons cœurs et ne se sont pas formalisés du manque d’espace. Comme souvent, le concert a commencé en retard et Ben, Stephen, Donnie et moi avons dû attendre patiemment pendant plus d’une heure avant de faire notre entrée en scène. La pièce que nous avons jouée a été composée par Ben Bowman et est intitulée In Memory of Richard Bradshaw. Comme le titre l’indique, elle a été écrite suivant la mort du Maestro bien-aimé de la Canadian Opera Company. Une très belle œuvre! Notre équipe a eu énormément de plaisir à travailler ensemble et le fait de jouer la pièce avec le compositeur lui-même a rendu l’expérience d’autant plus spéciale. Ceci a aussi rendu les choses un peu plus stressantes pour moi. Je ressentais la responsabilité de rendre justice à la vision du compositeur et je me suis mis beaucoup de pression sur moi-même. En bout de compte, tout s’est déroulé à merveille et je pense que le compositeur et le public ont été satisfaits! Du moins, je l’espère!

Après être restés jusqu’à la fin du concert pour assister à la deuxième performance de la journée du Quartetto Gelato, mon petit groupe et moi avons faits notre chemin jusqu’au pub et avons célébré les accomplissements de la journée!




Jour 13 - 6 août 2008

Générale et concert du quintette à cordes de Mozart k. 515

Aujourd’hui, la fatigue commence à se faire sentir sérieusement. Ben, à lui seul, a deux répétitions et deux concerts où il doit jouer du répertoire majeur. Nous commençons tous à éprouver diverses douleurs et nos muscles sont tendus et endoloris. La chaleur est pesante dans l’église St-John’s durant la générale et les choses ne font qu’empirer avec l’arrivée du public. Quand même, c’est génial de voir la salle pleine à craquer! La performance ne s’est pas déroulée sans problèmes mais, malgré tout, j’ai passé un très bon moment en compagnie de mes collègues, appréciant énormément cette belle complicité que nous partageons et me sentant très privilégiée d’avoir eu la chance de travailler avec ces musiciens formidables qui sont également des amis chers.




Jour 12 - 5 août 2008

Réflexions musicales avec Harry Halbreich, Musique de notre temps 3 et répétitions

Je me suis présentée café en main à l’église unie Dominion-Chalmers pour écouter le conférencier Harry Halbreich donner sa lecture quotidienne. Chaque matin depuis le début du festival, ce musicologue européen de renom « livre un point de vue stimulant et parfois surprenant sur programme de la journée ». La personne près de qui je suis assise s’est présentée chaque jour et s’est déclarée ravie d’avoir la chance de se familiariser avec le programme ainsi. J’ai beaucoup apprécié l’expérience et, à nouveau, lève mon chapeau aux directeurs artistiques pour cette addition fort intéressante à la programmation.

L’information donnée par monsieur Halbreich était excellente. J’ai ressenti beaucoup d’humilité en réalisant une fois de plus combien peu je connais mon histoire musicale! Je me promets toujours de m’y mettre avec ardeur mais la vie semble toujours filer si vite entre mes doigts! Je ne peux que soupirer et espérer d’au moins essayer d’en connaître un peu plus à pareille date l’an prochain!

La citation suivante m’a beaucoup plu : « Genius is the explosion of nature into culture ». Quelle façon exquise de présenter les choses! Malheureusement, j’ai oublié de noter qui est l’auteur de cette citation. S’il-vous-plaît, n’hésitez pas à me contacter si vous le savez!

Après cette petite saucette « musicologique », je me suis rendue à l’église St-Andrew pour le concert Musique de notre temps 3. La première œuvre au programme était la sonate de Ravel interprétée par Ben Bowman et Frédéric Lacroix, deux musiciens que je respecte énormément. La performance fut absolument superbe! La qualité du jeu égalait en tous points ce à quoi je m’attendais de ces artistes chevronnés et l’interprétation elle-même était remarquable! Pleine de couleurs, énergique ou tendre, originale et personnelle, tout en respectant à merveille le caractère et les demandes de l’œuvre. La pièce suivante était le trio no. 2 de Gary Kulesha, interprété par le trio Gryphon. L’œuvre avait des moments très intéressants et les membres du Gryphon étaient aussi formidables que d’habitude.

Après deux répétitions, l’une pour l’œuvre de Ben Bowman qui sera jouée au Cabaret-légion le 7 août et l’autre pour le quintette de Mozart mentionné hier, nous nous sommes retrouvés un petit groupe au pub local pour l’un des moments les plus agréables de nos journées : celui où nous nous retrouvons tous assis ensemble devant un verre et avons la chance de nous détendre et de reconnecter. Ces moments sont ceux où des amitiés déjà existantes sont renforcées et où des nouvelles sont forgées. Cet aspect social du festival est vraiment un des plus précieux à mes yeux.




Jour 11 - 4 août 2008

Presque répétition de l’œuvre de Ben Bowman (!), Musique de notre temps 2, répétition du quintette à cordes de Mozart k. 515

Ce matin, nous avons vécus une des choses qui arrivent assez fréquemment lors de festivals de ce genre : un conflit d’horaire. Mes collègues et moi-même nous sommes présentés pour une répétition à 10h, seulement pour nous rendre compte que l’un des musiciens devait se rendre à une autre répétition. Après un haussement d’épaules nous avons tout simplement décidé d’aller prendre une bouchée. Ce genre de chose est dû pour arriver à un moment ou un autre et il n’y a pas grand-chose que l’on puisse faire. On peut seulement sourire et profiter des quelques heures de répit qui viennent juste d’apparaître devant nous!

Aujourd’hui marque la première de deux journées consacrées à la musique de notre temps. Je me suis rendue à l’église St-John`s à 14hres pour entendre le quatuor avec piano Made in Canada, le quatuor à cordes Tokai et le corniste Lawrence Vine dans des œuvres de Jean Coulthard, Roddy Ellias et Steven Gellman.

Ce concert m’amène à aborder un sujet qui semble en intriguer plusieurs : que font les organisateurs d’un évènement et les autres musiciens impliqués lorsqu’un artiste est incapable de jouer un concert? Au début du festival, nous avons vu Mark Fewer remplacer brillamment Anne Robert, violoniste du Trio Hochelaga, après qu’elle se soit coupée en cuisinant la veille de son concert au Chambrefête. Pour le concert d’aujourd’hui, c’est au tour de Stephen Sitarski d’endosser le rôle d’une autre violoniste. Judy Kang, violoniste avec le groupe Made in Canada, doit malheureusement se retirer des concerts où elle devait apparaître pour des raisons familiales. Le quatuor devant jouer dans plusieurs concerts, Stephen ainsi que Ben Bowman ont accepté gracieusement de se partager les œuvres programmées.

Remplacer un musicien à la dernière minute représente toujours un défi. Plusieurs éléments doivent être pris en considération. Évidemment, l’horaire est la première chose que nous consultons. Ensuite, nous évaluons si se familiariser avec le score et notre partition individuelle (le niveau de difficulté, les notes, les nuances, le style, etc.) est possible dans le temps alloué. Ce défi peut être minime ou, dépendamment des circonstances, effrayant. Par exemple, si l’œuvre est inconnue de l’artiste et est particulièrement difficile le niveau de stress sera différent d’un cas ou le musicien connaît déjà la pièce ou si le tout est facile et peut être maîtrisé relativement rapidement. Les autres membres du groupe doivent également faire leur part, dans le sens où ils doivent démontrer ouverture d’esprit et flexibilité dans leur interprétation afin de faciliter l’adaptation du nouveau membre. Une chose est certaine : ce genre de défi présente toujours un côté excitant et stimulant pour tous!

Dans le cas présent, Stephen a été absolument brillant et extrêmement convaincant et tout le groupe a maintenu une belle cohésion et une solide interprétation!

Une dernière petite répétition du quintette de Mozart, un petit verre au pub et, voilà! La fin d’une autre longue mais satisfaisante journée au Festival de musique de chambre d’Ottawa!




Jour 10 - 3 août 2008

Repos du guerrier… C'est-à-dire : pratique et répétition

Aujourd’hui, dimanche, je me sentais un peu fatiguée. J’ai donc décidé de reprendre mon souffle un peu et de ne pas aller voir de concerts – quoique j'étais consciente de manquer plusieurs excellents programmes.

Après une couple d’heures de pratique, je me suis rendue à l’Université d’Ottawa pour une répétition du quintette à cordes de Mozart k. 515. Mes collègues pour cette œuvre sont Ben Bowman, Donnie Deacon, Theresa Rudolph et Tim McCoy.

Une répétition très agréable qui me ramène sur un thème abordé dans une entrée précédente par rapport au plaisir associé au fait de revoir des amis de longue date et de jouer avec eux. Je connais Ben depuis que je suis toute petite. Nous étions tous deux concurrents au Concours de musique du Canada pendant plusieurs années. Depuis, nos chemins se sont croisés souvent, soit aux États-Unis ou au Canada. J’ai rencontré Theresa pour la première fois en 1998, dans ce qui semble maintenant comme une toute autre vie, alors que nous participions toutes les deux au New York String Seminar. Tout comme Ben, je l’ai revue à maintes reprises depuis, à chaque fois dans des circonstances complètement différentes.

Le monde musical est à la fois immense et minuscule. Tout le monde connaît tout le monde et, souvent, les mêmes personnes réapparaissent fréquemment dans nos vies. La plupart du temps à notre grande joie! C’est vraiment formidable d’avoir la chance de voir quelqu’un évoluer au fil des années, à la fois en tant qu’artiste et en tant que personne! Observer ces cheminements variés est définitivement inspirant!

Je parle beaucoup de ce côté social de la vie musicale parce que c’est à mon avis, une des choses qui rendent notre vocation aussi vitale à nos vies; ce besoin que nous avons d’être humainement connectés à travers la musique.

Un aspect intéressant de groupes ad hoc comme le nôtre est le fait que tout peut arriver. Lorsque des musiciens qui n’ont jamais joué ensemble s’assoient et essaient de faire de la musique le spectre des scénarios possible est infini, allant du désastre complet à l’accord total. Il est possible que la fusion se fasse rapidement entre musiciens malgré des styles de jeu différents. Chacun pratique sa partition seul à la maison et se présente à la répétition avec une idée personnelle et une approche unique de l’œuvre. Si les artistes sont sur une longueur d’onde similaire, gardent un esprit ouvert et possèdent une ferme intention d’avoir du plaisir, l’expérience a le potentiel d’être absolument rafraîchissante et extrêmement plaisante. Dans ce cas-ci, la musique coulait facilement et les sourires étaient fréquents!

Addendum



Jour 9 – 2 août 2008

Le Quatuor St-Lawrence et ses amis célèbrent le 75e anniversaire du Centre d’arts de Banff

Ce soir je me suis rendue à l’église St-Andrew’s pour le concert anniversaire du Centre d’arts de Banff mettant en vedette le Quatuor St-Lawrence, James Somerville, Barry Shiffman et Desmond Hoebig. Dans la chaleur étouffante de l’église et l’inconfort notoire de ses bancs, nous avons eu droit à une soirée exceptionnelle!

Je lève tout d'abord mon chapeau au Trio Gryphon pour avoir eu l’idée de rassembler tous ces artistes et d’organiser cette soirée qui célèbre à la fois le 75ème anniversaire du Centre d’arts, le 15ème anniversaire du Chambrefête et leur propre 15ème anniversaire de façon aussi appropriée et unificatrice!

Comme mentionné par Roman Borys dans son discours de bienvenue, le Centre d’arts de Banff est une institution musicale qui a eu un impact majeur dans le façonnement de la communauté artistique, et surtout musicale, de notre pays. Ses ramifications sont infinies et elles influencent quotidiennement des générations entières de musiciens. Les artistes convergent sans cesse vers les différents centres musicaux, soient-ils institutions d’enseignement, festivals ou organisations musicales, et perpétuent cet échange continuel entre les différentes communautés.

Chaque musicien impliqué dans le concert de ce soir a été fortement influencé par son expérience au Centre. Roman lui-même a été dès son plus jeune âge un élève au Centre. Le St-Lawrence a gagné la première édition du Concours international de quatuors de Banff. Barry Shiffman était deuxième violon du groupe à cette époque : il est maintenant le directeur musical du Centre. Les relations de Desmond Hoebig et James Somerville avec le Centre sont également très profondes. Les connections diverses des artistes avec le Centre d’arts ont apportées une touche unique à l’évènement. Ma propre expérience avec le Centre d'arts de Banff a été des plus formatrice. À ma grande surprise (je n’avais pas bien pris connaissance du programme avant de quitter la maison), le St-Lawrence a interprété le 3ème quatuor de R. Murray Schafer, quatuor que j’ai moi-même joué au Centre d’arts en 2001 lors du Concours de quatuors!

Le concert a été merveilleux sur tous les plans et le St-Lawrence, avec son énergie sans bornes, tout simplement flamboyant! Le Canada a de quoi être fier de ses artistes et de ses institutions musicales!!!




Jour 8 – 1 août 2008

Répétition et concert avec Gilles Apap – Cabaret Légion

Siffler en travaillant!
Photo par Lois Siegel
Toute cette expérience avec Gilles a été tout à fait extraordinaire. Les répétitions ont étés pur plaisir et je crois que je peux parler pour mes collègues lorsque je dis que tous ceux présents ont énormément apprécié ces moments passés tous ensemble, entre amis, avec ce musicien fantastique. Je me suis amusée comme une folle au concert, autant en écoutant la première partie qu’en jouant dans la deuxième partie, il était visible que le public s’amusait tout autant.

Cet artiste hors du commun démontre une aisance ahurissante, une maîtrise absolue de l’instrument, peu importe le style qu’il aborde. J’ai un grand respect pour la qualité de son jeu (son Bach était superbe) et une énorme admiration pour la capacité qu’il a de communiquer son enthousiasme et son amour de la musique à ceux qui l’entourent. Cette sincérité dans la poursuite de son idéal musical est à la fois touchante, inspirante et réjouissante!

Gilles Apap
Gilles Apap
Photo par Lois Siegel
L’esprit de fête nous a tous suivis jusqu’au Cabaret-légion où nous avons été, j’en ai bien peur, un peu trop turbulents au goût des mélomanes venus écouter Marc Fewer, Monica Whicher, John Geggie, Roddy Ellias et Mark Ferguson. Toutes mes excuses les plus sincères aux artistes et aux spectateurs! Notre excitation était trop difficile à contenir!

Et cette excitation s’est transmise aux musiciens locaux, amateurs et professionnels, présents dans la salle ce soir : une fois le set de jazz terminé, un petit groupe s’est rapidement formé à l’impromptu autour de Gilles. Ils ont placé quelques chaises en cercle, se sont installés instruments en main, et se sont mis à improviser. Inopiné, décontracté et tout simplement magique!

Que dire d’un homme qui a fait passer de si bons moments à tant de gens dans l’espace de quelques heures?

Un petit groupe et moi-même avons terminé la soirée gaiement dans un pub local. Un festival qui se respecte se doit d’avoir quelques soirées bien arrosées! Et qui mieux qu’un groupe de musiciens pour accomplir cette tâche noblement!




Jour 7 - 31 juillet 2008

Studio Sparks avec Suzie LeBlanc et répétition avec Gilles Apap

Eric Friesen
Eric Friesen
photo par Lois Siegel
Aujourd’hui marque ma première visite au site web de CBC Radio 2 pour l’écoute de l’émission Studio Sparks, confortable en pyjama dans mon fauteuil et délicieux café en main. En vedette était la soprano Suzie LeBlanc. Après seulement quelques minutes je regrette déjà toutes les visites manquées! Dire que je découvre ce petit bijou alors qu’il est à la veille de disparaître!

J’ai passé un très bon moment et ai beaucoup apprécié l’émission. Suzie a présenté du répertoire varié allant de Mozart aux chansons espagnoles et au folklore acadien. J’ai trouvé l’atmosphère décontractée fort sympathique et le rapport établi entre Eric Friesen et le public présent apporte un côté charmant à l’expérience. J’ai beaucoup apprécié le fait d’être capable de connaître cette artiste à un niveau un peu plus personnel. Très intéressant. J’espère qu’un équivalent de cette émission sera disponible aux auditeurs de CBC et de Radio-Canada dans un futur proche. Je serai pour ma part très certainement aux aguets!

Gilles Apap
Gilles Apap
photo par Lois Siegel
En fin d’après-midi je me suis rendue à l’Université d’Ottawa pour ma première répétition avec Gilles Apap et l’orchestre de chambre formé pour l’occasion. C’est avec énormément de bonheur que j’ai retrouvé des amis de longues dates une fois rendue sur place. Comme je l’ai mentionné dans une entrée précédente, les retrouvailles de ce genre sont une des choses que j’aime le plus à propos de ce festival. Presque chaque personne assise dans la pièce était quelqu’un que j’ai connu dans le passé. C’est vraiment formidable de les retrouver tous ensemble dans le même groupe!

Apap Orchestra!
"The Apap Chamber Orchestra!"
photo par Lois Siegel"
Comme il arrive souvent dans les cas où un artiste voyage via le ciel et doit traverser une frontière le jour même d’un concert ou d’une répétition, Gilles Apap a eu quelques problèmes à la douane, arrivant environ une heure trente en retard. Malgré le décalage et la fatigue, il s’est attelé à la tâche avec beaucoup d’enthousiasme et d’aménité, attrapant au vol quelque bouchées de biscuit et gorgées de café durant les mesures de silence. Ce fut une répétition vraiment inspirante et super agréable! Le travail s’est fait rapidement, de façon efficace et dans une ambiance joyeuse, ce qui n’est pas peu dire dans un monde ou les musiciens professionnels sont parfois si blasés!

Gilles Apap rigodon
Session de rigodon avec Gilles Apap
photo par Lois Siegel
Il y a tant de choses que je pourrais écrire sur cette expérience avec Gilles Apap, mais je choisi de patienter jusqu’après le concert de demain avant d’élaborer plus à son sujet. Je crois que ce sera un concert exceptionnel! J’ai peine à contenir mon excitation!

Demain : Gille Apap, Dominion Chalmers, 20h. À ne pas manquer!




Jour 6 - 30 juillet 2008

Musique et Danse

Ce soir, je suis allée voir le concert Musique et danse au Musée canadien des civilisations. J’ai passé une soirée absolument ensorcelante!!!!

Le concert mettait en vedette le trio Gryphon, le quatuor Penderecki, Steven Sitarski, Frédéric Lacroix, Erika Raum et le Dance Theatre David Earle. Inutile de m’épancher sur l’excellence des exécutions : les artistes étaient tous en grande forme! L’originalité et la qualité des œuvres au programme étaient impressionantes.

Nous savons tous que les goûts ne se discutent pas. En ce qui a trait à la musique contemporaine, je suis extrêmement sélective. J’aime beaucoup, je suis indifférente, ou je déteste. Normal, me direz-vous. Oui, tout à fait, mais le pourcentage de musique contemporaine que j’aime est extrêmement bas. La plupart me laisse de glace et le reste me déplaît grandement.

Omar Daniel et Erika Raum
La flagellation de Marsius
avec Erika Raum au violon
et le compositeur Omar Daniel
photo par Bruno Schlumberger
Étrange comment ce genre de musique me touche de façon vraiment différente de la musique dite « classique ». En fait, chaque style de musique me touche d’une manière distincte. La musique contemporaine, celle que j’aime évidemment, évoque en moi des sensations, des images, parfois très vagues ou parfois très précises. Elle suscite des pensées abstraites ou des idées nettes. C’est plutôt difficile à mettre en mots et à expliquer.

Exception faite du Pärt qui ne m'a pas enthousiasmée autant (nullement dû aux interprètes mais seulement à l'oeuvre elle-même) je n’ai fait que répéter les mêmes mots à la fin de chaque pièce au programme ce soir : « tellement cool! » Quelque chose dans ces œuvres a vraiment résonné en moi. Les chorégraphies et la musique se mariaient à merveille et le résultat final était extrêmement efficace. La manipulation sonore dans les œuvres d’Omar Daniel était vraiment cool!!!

J’ai aussi beaucoup aimé l’installation sonore de Mark Nerenberg présentée durant la pause. Intitullée « Lines », cette œuvre électroacoustique mélanges les voix des spectateurs qui font la file avant les concerts et des enregistrements de sons ambiants tirés des divers lieux du festival. Le tout crée des « lignes musicales ». Je trouve le concept et le résultat supers cools!

Cool, cool, cool show! Svp, pardonnez-moi l’usage répétitif du terme. Il décrit à merveille mon impression de ce concert.

La créativité qui réside dans les êtres humains et ce besoin qu’ils ont d’explorer cette partie d’eux-mêmes ne cessent de m’épater! Je crois bien que c’est mon thème pour ce festival!

Demain : répétitions et Studio Sparks




Jour 5 - 29 juillet 2008

Pratique, répétition et obligations familiale

C'est à contre-coeur que je dois prendre un court congé des activités du festival pour la journée!

Demain : Musique et danse au Musée des civilisations et gamelan avec le Evergreen Club Contemporary Gamelan.




Jour 4 - 28 juillet 2008

Steven Dann and friends
Steven Dann and friends
photo par Jerzy Wojcicki


Deux répétitions, deux concerts, un peu de Messiaen et beaucoup de plaisir au Cabaret-Légion

Aujourd’hui j’ai vraiment passé d’un extrême à l’autre! La journée à commencée avec un peu de pratique suivie de la générale pour le concert dans lequel je jouais à l’église St-John à 19h30 : un arrangement du concert pour violoncelle de Robert Schumann fait par Anssi Kartunen et joué par Anssi au violoncelle, Steven Dann à l’alto et Ernst Kovacic et moi-même au violon. Cette répétition terminée, je me suis arrêtée brièvement chez Bridgehead pour un délicieux café (le meilleur en ville selon moi!) et fis mon chemin jusqu’à la légion pour un test de son avec le Sicilian Jazz Project , le trio Gryphon et Douglas McNabney pour le concert que nous avons donné à la légion en fin de soirée.

Hugh Marsh
Hugh Marsh
photo par Bill Blackstone


Le Sicilian Jazz Project comprend les musiciens de l’ensemble de jazz Creation Dream auxquels s’ajoutent le prodigieux violoniste originaire d’Ottawa Hugh Marsh (un grand merci pour la géniale conversation Hugh!!!), l’accordéoniste aux mille talents Louis Simao, le superbe chanteur et guitariste Dominic Mancuso et la merveilleuse Maryem Tollar. Après cette répétition - très agréable, soit dit en passant - il ne m’est resté que peu de temps pour retourner à la maison manger une bouchée et me changer.

Je suis très fière du fait que je suis une personne très organisée mais, comme toujours, les choses semblent devenir un peu chaotiques durant le festival : à 19h20 je me suis rendue compte que presque tous mes vêtements de concerts sont dans ma case au Centre national des arts! En musicienne qui se respecte, je possède assez de vêtements noirs et ai été capable de trouver quelque chose!

Après avoir joué le Schumann, je me suis rendue à toute vitesse à l’église Dominion Chalmers afin d’attraper la deuxième partie du concert consacré à Messiaen. Superbe performance! Le trio Gryphon et James Campbell étaient tout simplement épatants dans le Quatuor pour la fin des temps. L'exécution était à la fois raffinée et intense. Chaque musicien a su me subjuguer complètement; Annalee avec la beauté et l’éloquence de son touché, Roman avec son énergie et James avec son côté dramatique. Le groupe était en parfaite maîtrise de ses moyens et du public. L’inspiration peut vraiment être trouvée partout à Ottawa durant le festival!

Creation Dream
Creation Dream
photo par Bill Blackstone


Pour finir la journée en beauté, je me suis ensuite retrouvée à la légion pour un peu de jazz sicilien. Pour ceux qui ont lu l’entrée du 27 juillet, vous pouvez facilement vous imaginer qu’après avoir été tellement excitée par la performance des frère Occhipinti et compagnie la veille, c’était vraiment tout un honneur et un grand plaisir pour moi de partager la scène avec eux. Sans compter avoir la chance d’être entourée de musiciens tels que Roman Borys, Annalee Patipatanakoon et Douglas McNabney, artistes que j’admire et respecte tant! J’ai réellement passé un moment formidable, un moment qui incarne pour moi ce que toute performance devrait être pour un musicien : stimulante, enrichissante et, surtout, vraiment fun!

Donc, de Schumann au jazz sicilien en passant par Messiaen! Une journée typique au festival de musique de chambre d’Ottawa!




Jour 3 - 27 juillet 2008

Deux répétitions et Cabaret-Légion

Roberto Occhipinti
Roberto Occhipinti
photo par Bill Blackstone
Je me suis à nouveau présentée à la légion, cette fois pour écouter l’ensemble de jazz Creation Dream. J’ai eu une répétition super trippante avec les membres de ce groupe plus tôt dans la journée et il n’en fallait pas plus pour m’attirer au Cabaret. Le groupe est composé de Michael Occhipinti à la guitare, Hugh Marsh, un fils d’Ottawa, au violon, Kevin Turcotte à la trompette, Roberto Occhipinti à la contrebasse et Barry Romberg à la batterie. Musiciens épatants!!!

Au programme : des extraits de leur album Creation Dream avec musique écrite par Michael Occhipinti et Bruce Cockburn.

Kevin Turcotte
Kevin Turcotte
photo par Bill Blackstone
Le concert que je suis allée voir ce soir ne fait que renforcer mon désir d’élaborer sur le sujet entamé hier à propos de l’inspiration que procure l’exposition à tous ces différents artistes et genres de musique pour un/une musicien/ne.

L’une des choses qui font la beauté d’un évènement live est l’aspect éphémère de la chose, sentir qu’un moment spécial vient d’être vécu et partagé avec ceux qui en sont les créateurs. Peu importe le style présenté, il est possible de reconnaître et sentir la touche de génie dans chaque artiste. Une passion palpable ne peux laisser personne indifférent, peu importe le genre de musique. Ajoutez le talent à la passion et vous obtenez quelque chose de magique qui touche tous ceux qui en sont témoins. Le concert de ce soir était un de ces moments où j’ai vraiment eu l’impression d’être témoin de quelque chose d’extraordinaire.

Michael Occhipinti
Michael Occhipinti
photo par Bill Blackstone


Je trouve vraiment fascinant de voir le processus créateur propre à chaque artiste. D’un genre et d’un artiste à l’autre, le processus est à la fois incroyablement différent et étrangement similaire. Nos différences sont souvent ce qui nous rapproche les uns des autres. Je crois que la plupart des artistes ont en eux une certaine curiosité, un désir d'explorer les qualités intrinsèques à chaque style, à chaque artiste. C’est une des raisons pour lesquelles je suis attirée par tous les genres de musique et fascinée par tous mes collègues. (À bien y penser, j'ai tendance à être fascinée par la race humaine en général!) Chaque musicien recèle en lui un univers sonore et artistique unique. Le cheminement de chacun est exceptionnel, riche en expériences, et ce parcours est souvent parsemé d’embuches et rempli de détours captivants. Être exposée à ces nouveaux horizons, ces approches différentes et ces perspectives multiples est une source constante d’émerveillement et d’inspiration pour moi.

Je tiens d’ailleurs à mentionner une conversation fort agréable et extrêmement inspirante que j’ai eue avec Roberto Occhipinti (where I learned the word « vernacular ») qui incarne si bien tout ce dont je viens de parler. Ces entretiens sont souvent la source de renouveau en moi, ils attisent mon enthousiasme et me revigorent complètement. Cette opportunité d’échanger avec des musiciens de partout à travers le monde et de milieux musicaux variés est un de mes aspects préférés de festivals de ce genre.

Somme toute, une soirée particulièrement agréable et captivante! Musicalement et humainement!


Légion royale canadienne
Légion royale canadienne

Jour 2 - 26 juillet

Cabaret Légion

J’ai fait ma première visite au Cabaret-Légion. Ce dernier est situé au 330 rue Kent, au coin de la rue Maclaren, dans les locaux de la filiale Montgomery de la Légion royale canadienne. L’endroit est transformé en « cabaret » pour l’occasion et des concerts offrants de la musique de tous genres, allant du bluegrass au jazz ou de la musique folklorique des quatre coins du monde à la musique contemporaine, sont offerts tous les soirs à 22h30.

Le concept est génial selon moi! J’adore l’idée de pouvoir être exposée à tous ces artistes incroyables et ces styles de musiques variés dans une atmosphère détendue et aussi intime. Une fois arrivés, mes compagnons et moi-même avons pris place à une table assez proche de la petite scène et nous sommes installés confortablement avec nos différents breuvages (il est possible de commander bouffe et dessert mais, ayant juste terminé un copieux repas, nous nous en sommes tenus à des consommations liquides).

Creaking Tree
Creaking Tree String Quartet
Au programme ce soir : le quatuor à cordes Creaking Tree. Leur biographie les décrits comme ceci : « un son intellectuel, émouvant et purement canadien : des formes de jazz sur une base de bluegrass, avec des éclats de musique de chambre, de révérence et d'expérimentation avant-gardiste qui relève la barre en musique acoustique et instrumentale”. Vraiment cool! BR>
Les musiciens n’utilisaient que deux micros installés sur un trépied central et ils évoluaient gracieusement tout autour, obéissants aux exigences de la ligne musicale. Le show était vraiment très enlevant! La musique, tout en étant basée sur des lignes simples, était riche en détails et en substance. Sans parler de la qualité du jeu et la grand virtuosité des musiciens! Très inspirant!

J’aimerais d’ailleurs élaborer sur ce sujet mais le devoir m’appelle et je dois m’atteler à la touche et l’archet. À suivre donc…

Probablement un autre Cabaret-Légion au programme demain soir… Je sens que cet endroit sera sans aucun doute un de mes repaires préférés durant le festival!


Chamberfest 08
Chambrefête 08


Jour 1 - 25 juillet 2008

Concert d'ouverture

Voici à nouveau venu le temps de l’effervescence annuelle que constitue le Festival International de musique de chambre d’Ottawa!

File d'attente, 19h15
File d'attente, 19h15
photo par Pat McGrath, Ottawa Citizen
Je me suis présentée aux environs de 19h15 pour le concert d’ouverture à l’Église Dominon Chalmers. Une des traditions les plus charmantes du Festival était déjà de retour et très visible : la file d’attente s’étendait jusqu’à la rue Bank! Le public était au rendez-vous!

Dans l’église toute l’équipe s’afférait et mettait une touche finale aux préparatifs. Un évènement de ce genre constitue un défi incroyable en termes de logistique. Je suis toujours émerveillée de voir le travail herculéen accompli par cette petite équipe qui se donne corps et âme pour le succès du festival. Je leur lève mon chapeau!

Au programme de ce soir : Isabel Bayrakdarian, la soprano chérie du Canada, dans un programme de musique de tango tiré de son dernier album : Tango Notturno.

Ma première rencontre avec Isabel s’est passé il y a de cela plusieurs années lorsque nous étions toutes deux étudiantes à la Music Academy of the West à Santa Barbara en Californie. Déjà à cette époque elle démontrait les qualités incroyables qui font d’elle une des plus grandes sopranos au monde en ce moment. Il était très clair que son nom était un qu’il valait la peine de retenir et son passage en Californie n’est pas passé inaperçu.

Isabel Bayrakdarian
Isabel Bayrakdarian et musiciens
photo par Bill Young


Elle n’a laissé personne sur sa faim hier soir. Sa voix était splendide et elle a su nous faire parcourir spectre complet des émotions. Les musiciens qui lui tenaient compagnie sur scène étaient également tous de superbes artistes! Je me dois de les mentionner, ayant été emballée par leur performance : Roman Borys au violoncelle, Roberto Occhipinti à la contrebasse (clin d’œil au veston de cuir!), Shalom Bard à la clarinette, Fabian Carbone au bandoneon et Serouj Kradjian au piano. Magnifique!

En tant que violoniste, j’ai évidemment porté une attention toute spéciale à la violoniste, Marie Bérard, qui était tout simplement extraordinaire (et j’aimerais mentionner le fait qu’elle est en plus une personne absolument fantastique!)!

Somme toute, une lancée flamboyante pour une édition qui promet d’être prodigieuse! Mon plus grand chagrin jusqu’à maintenant a été de constaté qu’il me sera impossible de me rendre à tous les concerts que j’aimerais voir!

picture by Bill Blackstone
Renée-Paule Gauthier; Queen Elizabeth School
Picture by Bill Blackstone

It is often by going back to our roots that we remember what is important. During the past two weeks, I had the chance to do just that.
I was asked by the Ottawa Chamber Music Society to coordinate the creation of a concert series to be presented to school children around the Ottawa area. These concerts were offered for free to schools that might, in regular circumstances, have not been able to afford the presence of professional musicians within their walls.

picture by Bill Blackstone
Quintet at Lord Aylmer
Picture by Bill Blackstone
It is very difficult to be innovative in this field, since so many organizations have wonderful children concerts already going on. In the Ottawa area alone, I can think of the numerous great kids programs being presented by the NAC or MASC. And there are all the others that I am not mentioning.
Wanting to offer choices to the schools, we thought it would be great to have two different programs. One was all ready to go: Meet the double bass, a very entertaining and educative show put together by bassist Marjolaine Fournier. For the second program, I thought it might be interesting to go with an option that seemed to have not been too widely used yet in the area: a baroque ensemble with harpsichord. The goal was to put together a concert where we explored the descriptive qualities of music and stimulated the imagination of the children using repertoire from the baroque period (no need to say we had excerpts from the Four Seasons in there!).
picture by Bill Blackstone
Storm making at Lord Aylmer
Picture by Bill Blackstone
As a bonus, the people I had in mind to perform this show were perfect for the task: great musicians and gifted communicators! The team consisted of Laura Nerenberg and myself on violin, Sarah Ross on viola, Leah Wyber on cello, and Marie Bouchard on harpsichord. ! We had such a fun time, preparing and performing the show!!!
We also had quite the treat for the kids! It was important to everyone was to involve young musicians. It is really exciting for the kids to see other children their age play music, and it is a great experience for young performers to play in front of their peers. Thanks to the help of Nicole Presentey, we had with us Kerson and Stanley Leong, two young brothers with amazing musical gifts! I should say that it was quite the treat for us as well! They displayed wonderful technical abilities, a beautiful maturity in their sound, a sensitive musicality and a very solid stage presence! Watching them play brought smile to everybody’s face. These two young men are truly remarkable! They have a bright future in front of them.
Between June 9th and June 18th, the two different groups visited four different schools; Manor Park Public School, Queen Elizabeth School, Lord Aylmer School and York Street Public School. Words cannot describe how inspiring, refreshing, and touching it was for us to go play for and interact with these wonderful children!
Kerson and Stanley
Kerson and Stanley Leong at York Street Public School
In each school we had a different experience but we found the same enthusiasm and endless curiosity everywhere. These kids are hungry for music and knowledge. They put music making into the perspective it belongs to: it is a gift that has for purpose to stimulate imagination, touch your soul and bring people together.
It is hard for me to decide who enjoyed the experience the most, the kids or the musicians. I think we all took a lot in from the experience.


Addendum


Renée-Paule Gauthier, directrice artistique

LA TOUTE PREMIÈRE ÉDITION DU NOUVEAU RENDEZ-VOUS MUSICAL DE LATERRIÈRE!
Du 18 au 26 août 2007

PROGRAMMATION 2007

Des voix dans la nuit Samedi, 18 août 2007, 20 h

Concert mettant à l'avant plan des étoiles montantes de la scène vocale canadienne nous offrant une soirée d'airs d'opéras et autres grands classiques de la musique vocale.
Musique de Mozart, Handel, Gluck. Karin Côté, soprano
Patrice Côté, contre-ténor
Éric Gauvin, ténor
Rosalie Asselin, piano.

La Diva - Natalie Choquette Mercredi, 22 août 2007, 20 h

Concert haut en couleur par la grande soprano canadienne!

"Une voix magnifique qui se glisse dans la peau de divas comiques et excessives, alliant avec brio l’opéra et l’humour, le rire et l’émotion."

Les cordes en fête Vendredi, 24 août 2007, 20 h

Les cordes (frottées et vocales!) s'en donnent à cœur joie avec quelques-uns des plus grands chefs-d’oeuvre de la musique pour trio et sextuor à cordes. De plus, Sébastien Turgeon, gagnant du Festival de Musique du Royaume, interprétera différents airs et chansons.

Mozart: Divertimento en mi bémol majeur k.563
Dohnanyi: Sérénade en do majeur, op. 10
Dvorak: Sextuor en la majeur, op.48

Marianne Dugal, Renée-Paule Gauthier, violon
Luc Beauchemin, Yukari Cousineau, alto
David Ellis, Sylvain Murray, violoncelle
Sébastien Turgeon, ténor
Céline Perreault, piano

Passion! Célébration Schumann Dimanche, 26 août 2007, 20 h

Pourquoi Schumann? Parce qu'il est un cas unique dans l'histoire de la musique! "Un poète dont le verbe est le son!" Il capture l'essence même du compositeur romantique. Nous vous offrons donc une romance estivale en compagnie de ce maître des sentiments! De la passion et de la poésie en musique. Des œuvres riches en émotions!

Romances pour violon et piano, op. 94
Quatuor en mi majeur, op. 47
Quintette en mi bémol majeur, op. 44

Renée-Paule Gauthier, Marianne Dugal, violon
Luc Beauchemin, alto
Sylvain Murray, violoncelle
Jimmy Brière, piano.

Tous les concerts ont lieu à l'Église Notre-Dame de Laterrière

Marianne Dugal Eric Gauvin Jimmy Briere Patrice Cote Sylvain Murray Renee-Paule Gauthier Karin Cote
Natalie Choquette Yukari Cousineau Luc Beauchemin et David EllisRosalie Asselin


Rue St-Denis
Ma préférée: Rue St-Denis
23 janvier 2007. Une fois de plus en chemin pour Montréal. Après deux matinées avec l'OCNA, je m'embarque pour ma prochaine aventure. Une captation pour Radio-Canada dans ma région natale. À l'horaire ce soir : les trios pour cor de Duvernoy, Ligeti et Brahms en compagnie de deux musiciens et personnes formidables, Louis-Philippe Marsolais et David Jalbert. J'ai le sourire aux lèvres juste à penser au plaisir qui m'attend cette semaine!

24 janvier 2007. Comme toujours, Montréal est une source inégalée d'inspiration, de ressourcement. La ville, les gens, tout ici déborde d'énergie et de dynamisme. Entre les rires et les bonnes bouffes (ragoût de maman Jalbert et pâté chinois de Julie), nous parvenons à préparer notre programme.

En route pour le SaguenayLe 25 étant arrivé, nous partons pour le nord! Ipods, ordinateurs portables, cellulaires, sans oublier la très précieuse caméra digitale, que feraient les musiciens nomades sans leurs merveilles technologiques!


Conservatoire de Saguenay
Conservatoire de Saguenay
Saguenay. Glacial et magnifique! Nos répétitions ont lieu au Conservatoire. Combien de souvenirs sont réveillés en moi! Les bons moments des belles années défilent dans ma tête tandis que les lieux et les visages familiers se succèdent. Je me dois aussi de mentionner une de mes gâterie saguenéene préférée : la sauce à spaghetti de maman Pauline! Malgré mes nombreuses tentatives, je ne suis jamais parvenue à recréer l'originale!

Équipe Radio-Canada
Notre super équipe Radio-Canadienne!


Enfin, le jour du concert, 26 janvier. Le soleil est resplendissant mais la température est polaire! La voiture prend presque tout le trajet entre la maison et le conservatoire pour se réchauffer et nous en subissons les conséquences. La journée passe si vite! Générale et prise de son, lunch, petite sieste, souper.

David, Renée-Paule, Louis-Philippe
Quand travail devient plaisir!


Sans même m'en rendre compte, je me retrouve sur scène en train de saluer pour la dernière fois, ressentant à la fois la joie de jouer avec des amis chers et la tristesse de voir une autre formidable équipée se terminer. Après quelques jours de relaxation bien méritée passés à Québec pour voir quelques amies, je suis de retour dans mon petit monde, reposée, énergisée, prête à recommencer!



Addendum





Les Journees Schumann

(ou dans mon cas: LA journée Schumann)

20 octobre 2006. En route vers Montréal afin de jouer pour la série des Journées Schumann à la Chapelle Historique du Bon Pasteur. Jean-Philippe Tremblay, altiste, chef d'orchestre et, comme on dit en bon français, one of my absolute favorite person, à mis sur pied cette série afin de marquer le 150e anniversaire de la mort du compositeur. Je joue demain soir. Un conflit d'horaire m'a empêché de me joindre à mes collègues pour les concerts précédents mais je suis très heureuse de pouvoir participer au dernier. Au programme, le quintette avec piano!!! Je ne pouvais simplement pas manquer ça! Je suis folle de cette pièce!!! À peine débarquée de l'autobus, je file à l'hôtel, puis cours jusqu'à la Chapelle pour attraper la deuxième partie du concert de ce soir. En vedette, de vieux amis: Amélie Fradette, violoncelle, Jimmy Brière, piano, Nurit Pacht, violon, et JP à l'alto. J'arrive juste à temps pour attraper la dernière oeuvre au programme, une de mes favorites, le quatuor avec piano. Schumann! Une vie de fou, littéralement, mais quelle belle musique il nous a laissé!!!

Amelie Jimmy Nurit JP RP

Qu'elle joie d'être là! Belle musique, bons amis. Ce genre de moment me rend toujours nostalgique. C'est aussi toujours un plaisir de revoir des visages familiers assis dans la salle, échanger quelques mots, quelques rires, se mettre à jour dans les nouvelles (et potins!). Après le concert, un petit verre, bien sûr! Que serait un concert sans le traditionnel (et déductible d'impôt!) post-partum cocktail! Nous rions sans arrêt en se remémorant le bon vieux temps! Une serveuse renverse un contenant de vinaigrette sur les pauvres JP et Nurit, toujours vêtus de leurs habits de concert! L'odeur nous suivra malheureusement toute la fin de semaine!!!

Quintette Schumann
Quintette Schumann
21 octobre 2006. Aujourd'hui, journée chargée. À l'horaire: répétition, lunch, générale, concert et (évidemment!) célébration. Evidemment, je me paye la traite avec un déjeuner livré à ma chambre. Ceux d'entre vous qui me connaissent savent à quel point je raffole du service aux chambres!!! Café, omelette, gammes, arpèges, and off to rehearsal! Encore une fois, une expérience fantastique. Une œuvre que j'adore, jouée avec des amis chers, un beau soleil qui brille, une ville que j'aime tant. Quelle journée formidable! Comme toujours, avec cette bande de joyeux compagnons, nous partageons beaucoup de rires et un ressentons un plaisir véritable à jouer ensemble. Quel privilège!



Addendum







Eglise Laterriere
Église de Laterrière


Une dernière petite gâterie pour finir l'été en beauté! Un concert dans la superbe église de Laterrière en compagnie de deux joyeux compères, Luc Beauchemin et David Jalbert, avec un programme choisi par nous: le duo de Mozart en sol majeur pour violon et alto, l'Adagio et Allegro de Schumann pour alto et piano et, finalement, le trio de Joachim Turina (originalement écrit pour violon, violoncelle et piano, transcrit pour être joué avec alto spécialement pour l'occasion). Se sont joints à nous, la soprano Marie-Ève Munger et le haute-contre Patrice Côté, qui ont pris soin de la portion vocale du concert.
Groupe Laterriere
Luc Beauchemin, David Jalbert, Marie-Ève Munger, Patrice Côté


Les répétitions furent un pur plaisir et le concert s'est déroulé dans la même veine. Cadre enchanteur, collègues inspirants, public chaleureux. Le couronnement merveilleux d'un été glorieux, rempli de belle musique et de belles personnes! Oui, cet été, je peux dire que j'ai été une musicienne comblée!



Addendum




Parc National du Bic
Parc National du Bic


Cet été a marqué ma première visite dans la superbe région du Bas-Saint-Laurent. J'en suis demeurée bouche bée! La beauté du Fleuve St-Laurent est inouïe et me prend toujours par surprise! Je suis prise par une folle envie de passer quelques étés à explorer ce superbe coin de pays, faisant éventuellement mon petit bout de chemin jusqu'à Gaspé. Suivant un accueil fantastique de la part des organisateurs des Concerts aux Îles du Bic, James Darling et Élise Lavoie, mes collègues et moi-même avons passé une semaine incroyable, riche en émotions, musique et amitié. Entre les performances de quelques quintettes (Schostakovich avec piano, Mozart avec cor, Brahms en sol majeur et Mozart en sol mineur pour cordes), le formidable Cabaret où nous nous sommes tous amusés comme des gamins et les coachings avec le dynamique et attachant jeune quatuor Despax, j'ai profité grandement de la beauté naturelle du Parc National du Bic, de la chaleur des gens de Rimouski et du plaisir de faire de la musique avec ces personnes extraordinaires!
Artistes Concerts aux Iles du Bic
Quel groupe! Susan Sayle, Steeve St-Pierre, David Jalbert, Norman Adams, LP Marsolais, James Darling et Elise Lavoie. (Yukari Cousineau, absente)


En bref, une expérience vraiment unique et précieuse! Beaucoup de rires et de joie! Mes plus sincères remerciement à James, Élise, Norman, Sue, Steeve, Yukari, David, Louis-Philippe, Ève et tous ceux qui ont contribué à faire des Concerts aux Îles du Bic un événement inoubliable! Le genre d'évènement qui représente la symbiose de tous les éléments qui font d'un musicien un musicen épanoui...

Addendum




Riviere Saguenay
Vue de la Rivière Saguenay


Entre deux festivals, un petit détour par mon coin de pays, histoire d'être présente au mariage d'une amie chère et, par la même occasion, jouer un concert avec l'Orchestre Symphonique du Saguenay Lac-St-Jean.

Quel voyage dans le temps!!! Retour dix ans en arrière…

Comme toujours, j'ai été époustouflée par la beauté du Saguenay et la gentillesse des gens de chez nous! Quel plaisir de revoir les paysages et les personnages qui ont habités mon enfance!

Addendum



One more time, the festival came and went like a breeze! Actually, hurricane would be a more accurate word. Each year, I really look forward to these two weeks. Downtown is buzzing with music lovers, the vibe is incredible! Musicians are running around, from rehearsals, to concerts, to more rehearsals. I love it!


Walking out of my apartment, the first thing I see is a long line of people waiting to get in the church next door, sitting on their folding chairs, reading books, having a picnic. And they are really dedicated! If you think rain will stop them, try again! The first time I witnessed this, I was puzzled. Must be some preacher in that church! Imagine my surprise when, after a closer look, I realized they were holding chamber music festival programs! I had never seen such a thing. How refreshing, exciting! Motivating! Man, I feel like a rock star!

Bocherini Quintet
July 26th, 2006




Exciting also, is the sight of old friends back in town. No matter how busy or tired we get, the late night catching-up sessions are always awesome! Especially if accompanied by a beverage of some sort! There are the new friends, who soon become old ones. There's also the stranger you'll smile to in the street, simply because he's got a cello case on his back. One of those right-there-with-ya smile: knowing you're both part of the same –great/crazy- world!


Great, fun concerts this summer! Started off on July 26th with Boccherini and Cherubini's string quintets alongside Mark Fewer, Steve Dann, Myron Lutzke, and Kenneth Slowik, in St-John's church. As usual, one is never fully prepared for how hot these churches get! We got hot. Really hot. Dripping-sweat hot. But we made it through, and really had a blast!


Two Sides of Sax
July 27th, 2006

July 27th was "Tango night" in Tabaret. Jazzing it up with Victor Herbiet, and Frédéric Lacroix!


My one "cool" performance of the Festival took place on July 31st, in the deliciously air-conditioned Dominion Chalmers church. "The Pines of Emily Carr" was performed as part of the celebration of Emily Carr's exhibition at the National Gallery of Canada. What a great piece! Enjoyable to both perform and listen to. It was my second time performing this piece. Therefore, here's one word of advice to those of you who are thinking of doing it in a near future: no conductor is the way to go. Seriously.


Ligeti Trio
August 1st, 2006




Finally, the (masochist) icing on the cake! One awesome concert with my two dear friends, David Jalbert –piano, and Louis-Philippe Marsolais –horn. I love playing with those guys! They are the best and the funniest! Each one of us treated ourselves with solo rep of our choice (in my case André Prévost's Improvisation for solo violin), and sealed the deal with Ligeti's hard-as-hell trio for violin, horn, and piano. (One Ligeti Trio score: $100. One Yamaha grand piano: $50,000. Seing the page turner's face when she opens the piano score of the Ligeti Trio: priceless!)


One more year, one more treat. I know the audience enjoys the concerts, but I tell you, we enjoy it too! Many, many good memories…

Addendum

RSS feed