Web

Twitter -- https://twitter.com/reneepaule Instagram -- http://instagram.com/reneepaule/ Facebook -- https://www.facebook.com/reneepaulegauthierviolin

Info

 

Jour 16 - 9 août 2008

Virtuoso Tango, concert final, dernier Cabaret-légion, le personnel dédié et les merveilleux bénévoles!

Virtuoso Tango
Virtuoso Tango
photo par Bill Young


Je me suis présentée à St-John’s vers onze heures pour mon dernier concert au festival cette année. Comme il arrive souvent lorsque je présente un concert solo (ou duo!), je ressentais à la fois de la nervosité et de l’excitation. La préparation pour un concert de ce genre peut être un peu comparée à la préparation d’un athlète pour les olympiques. Cela implique beaucoup de travail, de discipline et de sacrifices. C’est un mode de vie, un processus qui a commencé dès notre plus jeune âge et qui évolue constamment, à chaque jour.

Andrew Mah
Virtuoso Tango
photo par Bill Young


Le tout s’est très bien déroulé et Andrew et moi étions très satisfaits de notre première performance ensemble. Nous nous sommes ensuite rendus au restaurant adjacent pour un copieux brunch avec des amis. J’ai passé le reste de l’après-midi mangeant et buvant avec divers collègues, profitant d’un répit bien mérité!

Au programme de la soirée, deux évènements hauts en couleurs. En premier lieu, le concert final du festival mettant en vedette le Trio Gryphon, Robert Pomakov, le Chœur Amadeus et les Elmer Iselers Singers dans des œuvres de Larysa Kuzmenko et Christos Hatzis.

Suivant le gala de clôture fut la dernière soirée au Cabaret-légion, réservée aux artistes du Festival. L’atmosphère était à la fête! Tout les artistes, les membres du personnel et les bénévoles partageaient la satisfaction du travail bien fait et la joie d’avoir quelques jours de congé devant eux après ce long marathon musical! Andrei Krylov, un guitariste flamenco phénoménal originaire de Russie nous en mis plein la vue! Malheureusement pour lui, nous étions plus dans l’esprit de célébrer que d’écouter de la musique et prêtions plus ou moins attention à la performance, mais je me promets d’essayer d’aller le voir en concert dès que possible car je suis consciente d’avoir manqué quelque chose de spectaculaire!

Bénévoles
Bénévoles dans le lobby de Dominion Chalmers
photo par Bill Young


Dans son discours final, le directeur général de la Société de musique de chambre, Glenn Hodgins, rendît hommage aux deux groupes de personne dont le travail et le dévouement ont fait du festival ce qu’il est aujourd’hui et ont fait de l’édition 2008 un retentissant succès : le personnel et les bénévoles. Il est impossible pour moi de leur rendre pleine justice tant la tâche qu’ils ont accomplie est incroyable. La logistique entourant un évènement de ce genre est impressionante et cette équipe minuscule s’est donnée corps, cœurs et âmes et a, une fois de plus, réussi l’impossible! Ils incarnent le meilleur de ce que l’être humain a à offrir : une vision commune, la foi en ce qu’ils sont capable de créer tous ensemble, un dévouement sans compromis et une formidable détermination.


Trio Gryphon
Trio Gryphon


C’est avec grande joie que nous avons tous appris que le Trio Gryphon sera de retour au rènes de la direction artistique pour Chambrefête 2009! Leur créativité, leur talent et leur énergie sans bornes ont été à la source d’une programmation éclatante, variée, riche en répertoire et artistes formidables.

Je lève mon verre à un Chambrefête mémorable!

Maintenant, je dois porter mon attention sur les choses que j’ai grossièrement négligées dans les dernières deux semaines : Lavage, ménage, époussetage, repassage… (Soupir!)




Jour 15 - 8 août 2008

Pratique, pluie et répétition

Demain est le jour de mon concert avec Andrew Mah. Intitulé Virtuoso Tango (je ne sais plus qui a choisi le titre mais ce n’est pas nous!) le programme comprend des œuvres de compositeurs sud américains, dont plusieurs de Piazzolla, dans des arrangements faits par Andrew. J’ai été capable de garder le répertoire sur le réchaud pendant la durée du festival et, aujourd’hui, je revisite le tout en profondeur. Un petit dernier sprint jusqu’à la ligne d’arrivée!

Une fois la pratique terminée, je suis sortie de mon antre afin de prendre un bon café (Bridgehead, comme d’habitude!) et avaler une bouchée au restaurant mexicain du coin (délicieux burrito chez Pancho Villa, mon tex-mex préféré). Mon plan initial était ensuite de me rendre au concert d’I Furiosi mais la pluie diluvienne qui est tombée juste avant mon départ a eu raison de mes meilleures intentions.

Après un court arrêt à la maison, je me suis rendue au CNA pour ma générale avec Andrew. Le pauvre venait à peine d’atterrir, revenant de Vancouver, et s’est présenté mal en point, ayant à combattre un mauvais rhume. Après un court « run-through » et un Perrier au pub (pas d’alcool la veille d’un concert matinal) je suis maintenant de retour à la maison et vous souhaite bonne nuit!

Plus qu’une journée avant la fin du festival! J’ai peine à y croire!




Jour 14 - 7 août 2008

Pratique, générale et concert de In Memory of Richard Bradshaw et concert du Quartetto Gelato

Je me suis permis de faire la grasse matinée ce matin afin de récupérer après les maintes activités des derniers jours et les quelques verres de la veille. Repos bien mérité, selon moi. Après un peu de pratique je me suis rendue à la légion pour la générale de la pièce que Ben Bowman, Stephen Sitarski, Donnie Deacon et moi-même avons jouée à la légion ce soir.

Entre la générale et le concert, j'ai fait un petit arrêt à Dominion-Chalmers pour le concert du Quartetto Gelato. Ce groupe, maintenant réputé de part le monde, marrie qualité artistique et comédie. Certaine personnes sont catégoriquement contre ce genre de « vulgarisation » de la musique classique. Malgré le fait que cette approche ne soit pas nécessairement ma préférée, je me dois de défendre la validité de ce genre de concept. Le but premier de la musique est d’élever l’âme, d’éveiller les sens et de toucher les cœurs. Comme pouvaient en témoigner les applaudissements chaleureux du public, le Quartetto a grandement atteint son objectif de faire plaisir à son auditoire ce soir. Je ne peux qu’encourager les musiciens à rendre la musique le plus accessible possible à tous. Je dois absolument mentionner l’accordéoniste du groupe : Alexander Sevastian, un musicien à la technique spectaculaire qui semble tout à fait décontracté et parfaitement à l’aise sur scène!

De retour à la légion, il était difficile de se tailler une place dans la minuscule « loge »… Il s’agit en fait d’un vestiaire encombré! En plus de notre groupe de quatre violonistes, vous pouviez compter les harpistes Lori Gemmell et Jennifer Swartz, les membres du quatuor Cecilia ainsi que le Quartetto Gelato. Les musiciens ont fait contre mauvaise fortune bons cœurs et ne se sont pas formalisés du manque d’espace. Comme souvent, le concert a commencé en retard et Ben, Stephen, Donnie et moi avons dû attendre patiemment pendant plus d’une heure avant de faire notre entrée en scène. La pièce que nous avons jouée a été composée par Ben Bowman et est intitulée In Memory of Richard Bradshaw. Comme le titre l’indique, elle a été écrite suivant la mort du Maestro bien-aimé de la Canadian Opera Company. Une très belle œuvre! Notre équipe a eu énormément de plaisir à travailler ensemble et le fait de jouer la pièce avec le compositeur lui-même a rendu l’expérience d’autant plus spéciale. Ceci a aussi rendu les choses un peu plus stressantes pour moi. Je ressentais la responsabilité de rendre justice à la vision du compositeur et je me suis mis beaucoup de pression sur moi-même. En bout de compte, tout s’est déroulé à merveille et je pense que le compositeur et le public ont été satisfaits! Du moins, je l’espère!

Après être restés jusqu’à la fin du concert pour assister à la deuxième performance de la journée du Quartetto Gelato, mon petit groupe et moi avons faits notre chemin jusqu’au pub et avons célébré les accomplissements de la journée!




Jour 13 - 6 août 2008

Générale et concert du quintette à cordes de Mozart k. 515

Aujourd’hui, la fatigue commence à se faire sentir sérieusement. Ben, à lui seul, a deux répétitions et deux concerts où il doit jouer du répertoire majeur. Nous commençons tous à éprouver diverses douleurs et nos muscles sont tendus et endoloris. La chaleur est pesante dans l’église St-John’s durant la générale et les choses ne font qu’empirer avec l’arrivée du public. Quand même, c’est génial de voir la salle pleine à craquer! La performance ne s’est pas déroulée sans problèmes mais, malgré tout, j’ai passé un très bon moment en compagnie de mes collègues, appréciant énormément cette belle complicité que nous partageons et me sentant très privilégiée d’avoir eu la chance de travailler avec ces musiciens formidables qui sont également des amis chers.




Jour 12 - 5 août 2008

Réflexions musicales avec Harry Halbreich, Musique de notre temps 3 et répétitions

Je me suis présentée café en main à l’église unie Dominion-Chalmers pour écouter le conférencier Harry Halbreich donner sa lecture quotidienne. Chaque matin depuis le début du festival, ce musicologue européen de renom « livre un point de vue stimulant et parfois surprenant sur programme de la journée ». La personne près de qui je suis assise s’est présentée chaque jour et s’est déclarée ravie d’avoir la chance de se familiariser avec le programme ainsi. J’ai beaucoup apprécié l’expérience et, à nouveau, lève mon chapeau aux directeurs artistiques pour cette addition fort intéressante à la programmation.

L’information donnée par monsieur Halbreich était excellente. J’ai ressenti beaucoup d’humilité en réalisant une fois de plus combien peu je connais mon histoire musicale! Je me promets toujours de m’y mettre avec ardeur mais la vie semble toujours filer si vite entre mes doigts! Je ne peux que soupirer et espérer d’au moins essayer d’en connaître un peu plus à pareille date l’an prochain!

La citation suivante m’a beaucoup plu : « Genius is the explosion of nature into culture ». Quelle façon exquise de présenter les choses! Malheureusement, j’ai oublié de noter qui est l’auteur de cette citation. S’il-vous-plaît, n’hésitez pas à me contacter si vous le savez!

Après cette petite saucette « musicologique », je me suis rendue à l’église St-Andrew pour le concert Musique de notre temps 3. La première œuvre au programme était la sonate de Ravel interprétée par Ben Bowman et Frédéric Lacroix, deux musiciens que je respecte énormément. La performance fut absolument superbe! La qualité du jeu égalait en tous points ce à quoi je m’attendais de ces artistes chevronnés et l’interprétation elle-même était remarquable! Pleine de couleurs, énergique ou tendre, originale et personnelle, tout en respectant à merveille le caractère et les demandes de l’œuvre. La pièce suivante était le trio no. 2 de Gary Kulesha, interprété par le trio Gryphon. L’œuvre avait des moments très intéressants et les membres du Gryphon étaient aussi formidables que d’habitude.

Après deux répétitions, l’une pour l’œuvre de Ben Bowman qui sera jouée au Cabaret-légion le 7 août et l’autre pour le quintette de Mozart mentionné hier, nous nous sommes retrouvés un petit groupe au pub local pour l’un des moments les plus agréables de nos journées : celui où nous nous retrouvons tous assis ensemble devant un verre et avons la chance de nous détendre et de reconnecter. Ces moments sont ceux où des amitiés déjà existantes sont renforcées et où des nouvelles sont forgées. Cet aspect social du festival est vraiment un des plus précieux à mes yeux.




Jour 11 - 4 août 2008

Presque répétition de l’œuvre de Ben Bowman (!), Musique de notre temps 2, répétition du quintette à cordes de Mozart k. 515

Ce matin, nous avons vécus une des choses qui arrivent assez fréquemment lors de festivals de ce genre : un conflit d’horaire. Mes collègues et moi-même nous sommes présentés pour une répétition à 10h, seulement pour nous rendre compte que l’un des musiciens devait se rendre à une autre répétition. Après un haussement d’épaules nous avons tout simplement décidé d’aller prendre une bouchée. Ce genre de chose est dû pour arriver à un moment ou un autre et il n’y a pas grand-chose que l’on puisse faire. On peut seulement sourire et profiter des quelques heures de répit qui viennent juste d’apparaître devant nous!

Aujourd’hui marque la première de deux journées consacrées à la musique de notre temps. Je me suis rendue à l’église St-John`s à 14hres pour entendre le quatuor avec piano Made in Canada, le quatuor à cordes Tokai et le corniste Lawrence Vine dans des œuvres de Jean Coulthard, Roddy Ellias et Steven Gellman.

Ce concert m’amène à aborder un sujet qui semble en intriguer plusieurs : que font les organisateurs d’un évènement et les autres musiciens impliqués lorsqu’un artiste est incapable de jouer un concert? Au début du festival, nous avons vu Mark Fewer remplacer brillamment Anne Robert, violoniste du Trio Hochelaga, après qu’elle se soit coupée en cuisinant la veille de son concert au Chambrefête. Pour le concert d’aujourd’hui, c’est au tour de Stephen Sitarski d’endosser le rôle d’une autre violoniste. Judy Kang, violoniste avec le groupe Made in Canada, doit malheureusement se retirer des concerts où elle devait apparaître pour des raisons familiales. Le quatuor devant jouer dans plusieurs concerts, Stephen ainsi que Ben Bowman ont accepté gracieusement de se partager les œuvres programmées.

Remplacer un musicien à la dernière minute représente toujours un défi. Plusieurs éléments doivent être pris en considération. Évidemment, l’horaire est la première chose que nous consultons. Ensuite, nous évaluons si se familiariser avec le score et notre partition individuelle (le niveau de difficulté, les notes, les nuances, le style, etc.) est possible dans le temps alloué. Ce défi peut être minime ou, dépendamment des circonstances, effrayant. Par exemple, si l’œuvre est inconnue de l’artiste et est particulièrement difficile le niveau de stress sera différent d’un cas ou le musicien connaît déjà la pièce ou si le tout est facile et peut être maîtrisé relativement rapidement. Les autres membres du groupe doivent également faire leur part, dans le sens où ils doivent démontrer ouverture d’esprit et flexibilité dans leur interprétation afin de faciliter l’adaptation du nouveau membre. Une chose est certaine : ce genre de défi présente toujours un côté excitant et stimulant pour tous!

Dans le cas présent, Stephen a été absolument brillant et extrêmement convaincant et tout le groupe a maintenu une belle cohésion et une solide interprétation!

Une dernière petite répétition du quintette de Mozart, un petit verre au pub et, voilà! La fin d’une autre longue mais satisfaisante journée au Festival de musique de chambre d’Ottawa!




Jour 10 - 3 août 2008

Repos du guerrier… C'est-à-dire : pratique et répétition

Aujourd’hui, dimanche, je me sentais un peu fatiguée. J’ai donc décidé de reprendre mon souffle un peu et de ne pas aller voir de concerts – quoique j'étais consciente de manquer plusieurs excellents programmes.

Après une couple d’heures de pratique, je me suis rendue à l’Université d’Ottawa pour une répétition du quintette à cordes de Mozart k. 515. Mes collègues pour cette œuvre sont Ben Bowman, Donnie Deacon, Theresa Rudolph et Tim McCoy.

Une répétition très agréable qui me ramène sur un thème abordé dans une entrée précédente par rapport au plaisir associé au fait de revoir des amis de longue date et de jouer avec eux. Je connais Ben depuis que je suis toute petite. Nous étions tous deux concurrents au Concours de musique du Canada pendant plusieurs années. Depuis, nos chemins se sont croisés souvent, soit aux États-Unis ou au Canada. J’ai rencontré Theresa pour la première fois en 1998, dans ce qui semble maintenant comme une toute autre vie, alors que nous participions toutes les deux au New York String Seminar. Tout comme Ben, je l’ai revue à maintes reprises depuis, à chaque fois dans des circonstances complètement différentes.

Le monde musical est à la fois immense et minuscule. Tout le monde connaît tout le monde et, souvent, les mêmes personnes réapparaissent fréquemment dans nos vies. La plupart du temps à notre grande joie! C’est vraiment formidable d’avoir la chance de voir quelqu’un évoluer au fil des années, à la fois en tant qu’artiste et en tant que personne! Observer ces cheminements variés est définitivement inspirant!

Je parle beaucoup de ce côté social de la vie musicale parce que c’est à mon avis, une des choses qui rendent notre vocation aussi vitale à nos vies; ce besoin que nous avons d’être humainement connectés à travers la musique.

Un aspect intéressant de groupes ad hoc comme le nôtre est le fait que tout peut arriver. Lorsque des musiciens qui n’ont jamais joué ensemble s’assoient et essaient de faire de la musique le spectre des scénarios possible est infini, allant du désastre complet à l’accord total. Il est possible que la fusion se fasse rapidement entre musiciens malgré des styles de jeu différents. Chacun pratique sa partition seul à la maison et se présente à la répétition avec une idée personnelle et une approche unique de l’œuvre. Si les artistes sont sur une longueur d’onde similaire, gardent un esprit ouvert et possèdent une ferme intention d’avoir du plaisir, l’expérience a le potentiel d’être absolument rafraîchissante et extrêmement plaisante. Dans ce cas-ci, la musique coulait facilement et les sourires étaient fréquents!

Addendum