WWW

Twitter -- https://twitter.com/reneepaule Pinterest -- https://www.pinterest.com/reneepaule/ Instagram -- http://instagram.com/reneepaule/ Facebook -- https://www.facebook.com/reneepaulegauthierviolin

Info

 

Rare $4 million violin hits local stage tonight
Those in attendance at tonight’s Duo Aperio concert at Grande Prairie Regional College will have the chance to experience more than just a night of music.

Violinist Renée-Paule Gauthier, who makes up one half of the duo, is currently finishing up the last year of her three-year loan of the Taft Stradivari violin, a rare instrument valued at $4 million U.S.

“Of course when you start violin, it’s sort of a dream to get to play on one of those violins,” she said.

“Very few violinists in their lives get to do that, so it’s one of those dreams you don’t quite believe will happen. When it did happen, it was pretty incredible.”

In 2009, she was successfully chosen through the Canadian Council for the Arts’ musical instrument bank competition.

“It’s for any violinist in the country. You send in an application complete with your resume, goals and what you would accomplish if you had access to this instrument. You talk about what you’ve done so far and recordings of recent live performances,” said Gauthier.

Crafted by violin maker Antonio Stradivari in 1700, the “Taft” was once owned by the brother of William Howard Taft, the 27th President of the United States. In 2000, it was auctioned off in New York and bought by an anonymous buyer known as “a gentleman.” His intention remains to have the violin loaned out to other musicians.

Gauthier, who describes herself as having been a violinist all her life, started taking lessons at the age of six.

“Both my father and sister play, so that’s how it got started,” she said.

In the last two-and-a-half years she’s spent with the Taft, she’s played all over the country and around the U.S. She admits it’ll be hard to give it back in September and go back to her own violin.

“These instruments are pieces of art and they’re beautiful. It’s basically like if you were race car driver and you get access to one of the best machines in the world. It will really transform the way you drive,” she said.


“It’s a little bit the same way with these instruments. The sound is beautifully and the different colours you can do with it. Sometimes I compare it to an artist who’s been given a palette of 1,000 colours. There’s just so much more you can do.”

The experience has really changed the way she performs as a musician.

“The quality of the tool really has an impact on my playing and freeing me of my limitations of a less quality instrument. It really allows me to go more in depth and discover new sounds, to push the technically aspects of my playing,” she said.

Tonight, she and her fellow musician Andrew Mah, who plays the guitar, will perform pieces from a program that they recorded this past summer. The two of them have been collaborating together for several years.

“We tried to come up with a program that would provide variety while maintaining a direction,” Gauthier said.

“There’s a lot of music with influences from eastern European and American folk music. It’s classical, of course, but it’s just a lot of fun.”

Duo Aperio performs at the Collins Recital Hall (L106) at GPRC at 7:30 p.m. Tickets are $20 for adults, $10 for students/seniors and can be purchased at the door (and reserved by calling 780-539-2444).

18 août 2011
Chausson - Concert pour violon, piano et quatuor à cordes

(LATERRIÈRE) Derrière la musique, même la grande, il y a la vie.
C'est ainsi qu'hier soir, la violoniste Renée-Paule Gauthier avait plusieurs raisons de savourer le programme qu'elle a défendu en compagnie de cinq amis musiciens. Il s'agissait de son premier concert dans sa région un an après que le Conseil des arts du Canada lui eut prêté un Stradivarius. C'était aussi l'anniversaire de son fils et mardi, le petit Aidan a effectué ses premiers pas.


« Tous les concerts sont spéciaux dans mon coeur, mais ce soir, il y a une touche plus personnelle », a confié l'interprète originaire de Jonquière. Devant près de 200 mélomanes rassemblés en l'église Notre-Dame, elle et l'altiste Luc Beauchemin venaient d'exécuter une oeuvre de Mozart, la Sonate pour violon et alto en sol majeur, à l'occasion du Rendez-vous musical de Laterrière.



Tous les yeux étaient rivés sur le Stradivarius, comme on s'en doute. Qu'on le veuille ou non, il est impressionnant de voir se pointer un tel visiteur. Ça fait rêver lorsqu'on pense au fait que les arbres avec lesquels on a construit l'église, pourtant centenaire depuis des lunes, n'étaient même pas sortis de terre lorsque l'instrument a été confectionné en 1700.


Renée-Paule Gauthier a vite ramené les choses dans leur juste perspective, toutefois, en attaquant le Mozart avec quelque chose qui ressemblait à de la gourmandise. Manifestement heureuse de jouer devant son monde, comme le laissait entrevoir le léger sourire qui barrait son visage, elle a montré pourquoi on lui avait prêté un instrument aussi rare.


Toutes les nuances que commandait la sonate, ses variations les plus fines, ont été négociées sans coup férir. Bien appuyée par Luc Beauchemin, en particulier dans le deuxième mouvement, l'Adagio, la violoniste a témoigné de sa musicalité, de sa sensibilité à l'archet. C'est d'autant plus impressionnant qu'une blessure au poignet subie en février lui avait imposé une longue réhabilitation.


La force de l'exemple


Renée-Paule Gauthier avait une autre raison de se réjouir, hier soir. En tant que directrice musicale du festival, un événement qu'elle a fait revivre il y a cinq ans, elle avait invité ceux qui l'ont incitée à assumer cette mission : la violoniste Élise Lavoie et le violoncelliste James Darling.


Depuis dix ans, ceux-ci assurent la bonne marche des Concerts aux Îles du Bic, une série à laquelle la Saguenéenne venait de participer lorsque l'idée lui est venue de suivre leur exemple. « J'y ai vécu une expérience musicale incroyable. Elle m'a profondément marquée «, a souligné Renée-Paule Gauthier avant de laisser ses camarades interpréter une oeuvre de Ravel.


Plus contrastée que le Mozart, la Sonate pour violon et violoncelle a permis d'apprécier la complicité du duo, en particulier dans les moments où on n'entendait que des filets de notes. Cette composition comporte également des accents modernes, voisins du jazz, qui ont été bien exprimés.


C'est toutefois le troisième mouvement, le Lent, qui fut le plus touchant en raison de sa gravité. D'abord suggérée par le violoncelle, celle-ci a été relayée par le violon qui a tricoté une trame à la fois belle et triste céleste, en définitive - qui faisait penser à l'Adagio de Barber.


Le menu était déjà copieux lorsque le groupe, appuyé cette fois par le pianiste David Jalbert et le violoniste Hugues Laforte-Bouchard, s'est engagé dans le Concert pour violon, piano et quatuor à cordes de Chausson. Cette oeuvre méconnue, aussi changeante, aussi tourmentée que les conditions climatiques en montagne a donné lieu à un beau travail d'équipe.


« C'est une musique post-romantique d'une grande intensité. Il y a beaucoup de notes «, a relevé David Jalbert avec humour. Lui et ses amis ont relevé le défi avec aplomb, alternant les moments intenses, voire dramatiques, avec les plages plus introspectives, sans jamais perdre le fil de cette étrange courtepointe.


Si la chose vous intéresse, sachez qu'une version livrée par les mêmes musiciens, au Bic, sera diffusée aujourd'hui à 20 h, à la deuxième chaîne de la radio de Radio-Canada. Quant au Rendez-vous musical de Laterrière, il reprendra vie vendredi, aussi à 20 h, à l'occasion du passage de la soprano Manon Feubel et de la pianiste Esther Gonthier.

Instrument goes to violinist Gauthier
By The Canadian Press

Sat. Sep 26 - 4:46 AM

CALGARY — From a $5,000 violin to one valued at $4.3 million — such is the harmonious upgrade that’s sweet music to the ears of the Calgary Philharmonic Orchestra’s newest luminary.

Acclaimed violinist Renee-Paule Gauthier, 32, who moved to Calgary two weeks ago, is one of 14 Canadian musicians who this week received valuable, exquisitely handcrafted instruments on loan for three years from the Canada Council for the Arts.

In her case, it’s a circa-1700 Taft Stradivari violin upon which she’ll alight her bow in her new role as the CPO’s acting assistant concert master.

"It was a little bit like meeting Prince Charming," Gauthier said Thursday from Toronto, shortly before taking the stage of the Glenn Gould Studio with her fellow honourees for their first public performance with instruments collectively valued at $28 million.

"All your life as a violinist, you dream of playing a great instrument and you dream of performing in great venues ... it was very surreal."

A native of Jonquiere, Que., Gauthier was one of 29 violinists and cellists who vied for the prize of playing instruments on which the masters plied their art.
A three-person committee chose the winners of the CCA’s Musical Instrument Bank competition.

Gauthier was sitting in a cab Wednesday night, stuck in Toronto traffic, when she got the phone call worthy of a stirring string symphony.

Until that life-changing news, Gauthier had played the same $5,000 student violin her mother bought her when she was 14.

"It’s done well for me, but I’m basically jumping from $5,000 to $4 million," she chuckled.

And also having the luxury of playing a violin considered a quintessential example of the golden period of Italian master artisan Antonio Stradivari, whose creations are regarded by music historians as the finest bowed string instruments ever made.
"They put a value on these instruments but they’re actually priceless," said Gauthier.

"The value itself for the musicians is more in the history and the actual sound quality. Great masters of the violin have put their hands on those instruments that we have the opportunity to play, and it’s such a pleasure."

Virtuoso Tango
Photo by Bill Young

Gauthier, Mah live up to billing as Virtuosi
Richard Todd
The Ottawa Citizen


Sunday, August 10, 2008


Sometimes you go to a concert to hear the repertoire being played and sometimes you go to hear the performers. I've long admired the work of violinist Renée-Paule Gauthier and of guitarist Andrew Mah, but had never heard them together before yesterday's noon concert at St. John's.

A too-quick glance at the printed program almost dissuaded me. It appeared to be a tango show, something of which I'd had enough in the opening concert of the festival.

In fact, there were some of Astor Piazzola's sophisticated tango-based pieces on offer, but they are nearly always a pleasure. The rest of the music was by Brazilian composers.

Everything was presented in Mah's own arrangements for violin and guitar or, in one case, for guitar alone. The program was so good and so well played that it would be hard to choose a favourite offering. Piazzola's History of the Tango, usually played on the flute, came out exceptionally well on the violin. Among the delights of the performance was the biting accuracy of some runs Gauthier played.

The two musicians style themselves Virtuosi, and the name is apt. Mah was particularly impressive in Lamentos do Morro by a Brazilian composer who went just by the name Garôto. It's a technical tour-de-force and is good music besides.

Renée-Paule Gauthier
Renée-Paule Gauthier, in performance at the 2007 festival.
Citizen photo by Mike Carrocetto

 Meet the Chamber Festival's musician bloggers
At least two Ottawa musicians are offering frequent reports of their Chamber Festival experiences on their websites, and they make for interesting reading, giving an inside view of how musicians experience performances.

Fesival organizers asked young NACO violinist Renée-Paule Gauthier and 15-year-old violinist Laurent Côté, a member of SuzukiMusic’s Stella Boreales ensemble, to keep diaries during the event.

“After a performance like the one I heard last night, it’s tempting to write the word perfect in bold characters and go off to review something else,” Côté writes about a concert by the Shanghai Quartet on his site http://laurentcote.blogspot.com.

A concert of Arabic violin music, he writes, left him somewhat less excited.

Côté, who usually writes about politics on the site, says he expects to file daily reviews during the festival.

“For those of you who live in Ottawa, I strongly encourage you to attend a few concerts yourself as the music is really wonderful. And for those of you who don't, well, I'm sure some of those Chamber groups will be coming to your city in the next year!”

On Gauthier’s impressive site (www.reneepaulegauthier.com/news.html), complete with photos of musicians, she’s offering daily reports in French, on concerts she’s attended and concerts she’s performing.

Like many who were there, Gauthier says she was knocked out by the performance of Messiaen’s Quartet for the End of Time July 28 by the Gryphon Trio and clarinetist James Campbell.

Writing about her first visit to the Legion on Kent Street, where the festival is presenting 10:30 p.m. shows nightly ranging from jazz to cabaret and Arabic violin, Gauthier writes that she likes the idea of hearing so many artists and varying styles of music in a relaxed and intimate atmosphere.

“Vraiment cool!” she writes about the Creaking Tree String Quartet, which performed that night.

(An Ottawa resident involved in helping line up the late-night shows also points out that they’re a bargain. For those without festival passes, admission is just $5.)

Gauthier is also performing at some of the late shows. On Aug. 7, she will join Benjamin Bowman, Stephen Sitarski and Donnie Deacon in a short piece by Bowman for four violins, to celebrate the memory of the late Canadian Opera Company director Richard Bradshaw.

Gauthier said she’s fallen a little behind in her blogging because of her busy rehearsal schedule, but is trying to offer reports daily.

On Aug. 1 at 8 p.m. at Dominion Chalmers, Gauthier will be part of a chamber orchestra accompanying Algerian-born violinist Gilles Apap at Dominion-Chalmers Church in music by Vivaldi and Bartok.

“He is an absolutely phenomenal player and performer,” she said in an e-mail to me this week.

She says she’s particularly excited about a concert Aug. 9 at noon with Ottawa guitarist Andrew Mah at St. John’s Church.

"It is called Virtuoso Tango, and we will be performing tango music from Piazzolla, Mariano and Gismonti. Almost all of the pieces, she says, are arrangements by Mah and "are beautiful. Very fun!"

Festival international de Musique de Chambre d'Ottawa 2008
26 juillet au 9 août 2008

Renée-Paule Gauthier
La violoniste Renée-Paule Gauthier
animera un blogue pendant le festival

Mis sur pied par la Société de musique de chambre d'Ottawa, l'événement est le plus grand de ce genre au monde, avec ses 120 concerts et sa programmation imaginative et audacieuse. Tous les concerts sont présentés dans des églises à l'accoustique impeccable. Info: www.chamberfest.com


Festival international de musique de chambre d'Ottawa - La chambre remixée
ARTICLE - 24 juillet 2008 Mélissa Proulx

Le Festival international de musique de chambre d'Ottawa entame une 15e année grandiose avec 130 concerts et événements présentés dans les églises patrimoniales de la capitale.

À la suite du départ de Julian Armour, père fondateur et directeur artistique ces 14 dernières années, la Société de musique de chambre d'Ottawa lui cherchait un digne successeur pour élaborer une singulière 15e édition du Festival international de musique de chambre d'Ottawa (FIMCO). Le Trio Gryphon - jouissant d'une renommée internationale et grand habitué du FIMCO - a su chausser ces bottines en concoctant une programmation bien équilibrée, alliant nombre de concerts classiques à de surprenantes prestations marginales.
"L'évolution des instruments et le mariage avec différentes formes d'art aiguisent l'intérêt envers la musique de chambre, qui ne cesse d'évoluer", note la violoniste d'Ottawa Renée-Paule Gauthier, qui a bien voulu se prêter à l'exercice du survol de la "version remixée" du FIMCO avec nous...

Ainsi, à côté des concerts de grands instrumentistes - la soprano Isabel Bayrakdarian, les pianistes André Laplante et Louis Lortie, le Quatuor de Shanghai, le Quatuor Keller, le Quatuor à cordes St. Lawrence, Daniel Taylor et le Choeur du Theatre of Early Music, etc. - figurent des présentations hors du commun. Parmi celles-ci, le concert d'Omar Daniel où le compositeur, "apparaissant suspendu par les pieds et connecté électroniquement au violon d'Erika Raum", s'inspire d'une oeuvre de Flagellation de Marius pour combiner musique, technologie et théâtre. Les danseurs Marie-Josée Chartier et Dan Wild exécuteront une nouvelle chorégraphie de David Earle, accompagnés du Trio Gryphon. Ce dernier interprétera en outre l'oeuvre ...and the masks evoque... de la Vancouvéroise Chan Ka Nin, appuyée par des projections de masques autochtones et la danse de Santee Smith. Autre présentation notable: la pianiste irlandaise et directrice de Sarabande/The Glenn Gould Project, Karishmeh Felfeli, interprète le Concerto en ré mineur de Bach, pour ensuite être rejointe par l'Ottavien Adam Saikaley, qui a élaboré un remixage orchestral de Bach avec échantillonneur, boîte à rythmes, synthétiseur, laptop, etc. Le concert de clôture, intitulé Extravagance chorale, s'annonce tout aussi étincelant avec les Elmer Iseler Singers, le basse Robert Pomakov et le Trio Gryphon qui interpréteront Dreams de Larysa Kuzmenko et Wormwood de Christos Hatzis.

Les concerts de "string band" de Creaking Tree String Quartet, de Nexus, ensemble de percussionnistes canadiens, de l'Ensemble baroque I FURIOSI - dont les membres arborent ceintures cloutées, tatouages et cuir noir -, du violoniste contestataire Gilles Apap, qui joint folk, pop, jazz et musique classique, comptent aussi parmi les rendez-vous exceptionnels de la programmation.

Des oeuvres de grands compositeurs, de Mozart à Messiaen en passant par Ravel et Bach apparaissent toujours au programme, ainsi que l'intégrale des sonates pour violon et piano ainsi que pour violoncelle et piano de Beethoven. "Quinze sonates pour 15 années! Un beau clin d'oeil à cette édition anniversaire", note Mme Gauthier qui prendra part notamment à Tango virtuose, un programme de tangos et duos avec le guitariste Andrew Mah. "C'est vraiment comme un buffet musical où on peut goûter à tout et vraiment être exposé à différents genres, styles, approches. Pour nous, les musiciens, ça nourrit l'imaginaire et renouvelle notre passion", ajoute celle qui animera un blogue pendant le festival au www.reneepaulegauthier.com.

Pour clore les soirées en beauté, un Cabaret-Légion où les Quartetto Gelato, Toronto-Cairo Collective, Sicilian Music Project, la soprano Patricia O'Callaghan, et bien d'autres invités surprises sortiront des sentiers battus en interprétant des oeuvres plus légères ou inhabituelles dans une ambiance décontractée. Info: www.chamberfest.com.

 

CBC Recital, L.E.R. Theatre, Dalhousie, NB
"... Her violin has a very soft and rich sound with no vain complacency. She was careful to remain within harmony and dialogue with the piano.
Wieniawski's Polonaise that followed allowed her to display brilliancy and virtuosity.
She won easily the audience's applause with her interpretation.
...
However, no doubt that Franck's Sonata that completed the program was the great accomplishment of the evening. The artist's concentration and sills were at their best in this intense and difficult work that brought the appreciation of the public.
..."

National Arts Centre Orchestra Week
City of Ottawa declares April 14-20 to be National Arts Centre Orchestra Week: NACO musicians participate in over 20 events
April 10, 2008 -

Ottawa, Canada -- The Mayor of the City of Ottawa has declared the week of April 14-20 to be National Arts Centre Orchestra Week in the National Capital Region. Over 20 separate events will showcase the musicians in a variety of activities in the community, in schools and at the National Arts Centre. Visit the NAC website at www.nac-cna.ca for details and a chance to enter an online contest to sit onstage with the NAC Orchestra.

Monday, April 14

14:00-15:00 Violinist Renée-Paule Gauthier performs for the veterans of The Perley and Rideau Veterans' Health Centre (PRVHC) along with flutist Gertrude Létourneau of the PRVHC Recreation and Creative Arts Service department.

 Le Quotidien
Samedi 1 septembre 2007

Rendez-vous musical de Laterrière
Une renaissance réussie, clame le président

Christiane Laforge

Laterrière - La relance du Rendez-Vous musical de Laterrière est un succès.

"Nous sommes enchantés de la réaction des mélomanes et du public en général, déclare Luc Blackburn, président du conseil d'administration. La musique classique ne génère habituellement pas le même engouement que les spectacles populaires. Nous le savions... Cependant, la participation a été remarquable."

Plus de mille entrées ont été enregistrées lors des quatre concerts offerts au Rendez-vous musical de Laterrière, confirme Marielle Brown, responsable des communications.

Un événement autofinancé
L'édition 2007 du Rendez-vous musical de Laterrière s'est entièrement autofinancée. Si les organisateurs attribuent ce succès à la collaboration des commanditaires, la vente des passeports, la prévente des billets amorcée dès le mois de juin, ils soulignent la qualité de la programmation élaborée par la directrice artistique de l'événement, Renée-Paule Gauthier, et de la prestation des musiciens.

"Une assistance aussi nombreuse et silencieuse se rencontre rarement, même dans les tournées européennes", aurait confié le violoncelliste Sylvain Murray, membre des Violons du Roy et habitué aux concerts de musique de chambre.

Illustration(s) :

RÉUSSITE - L'édition 2007 du Rendez-vous musical de Laterrière s'est entièrement autofinancée, un succès que l'on attribue volontiers à la qualité de la programmation, même si les organisateurs saluent l'excellente collaboration des commanditaires.

© 2007 Le Quotidien. Tous droits réservés.

Progrès-dimanche
Dimanche 26 août 2007

Renée-Paule Gauthier
Quand tout tourne autour de la musique

Christiane Laforge

JONQUIÈRE - Fille des musiciens Pauline Morrier et Alain Gauthier, deux des six fondateurs de l'Atelier de musique de Jonquière, cadette d'une soeur violoniste à Chicago (Michèle Gauthier), tous les souvenirs de Renée-Paule sont imprégnés de musique. Ne pas croire que le choix du violon coule de source parentale. L'instrument l'a séduite alors que toute petite, transgressant l'interdit "ne pas toucher", elle remettait inlassablement l'aiguille du tourne-disque sur le passage au violon de la Symphonie du Nouveau-Monde.

Dès l'âge de huit ans, elle entreprend des études musicales, raflant toujours la première place, raconte sa mère. La musique occupe toute la place dans la vie de l'artiste. Ses amitiés ont des liens musicaux et son plus grand plaisir est de provoquer les occasions de jouer avec eux. Pas étonnant que le Rendez-vous musical de Laterrière lui tienne tant à coeur, il est le prétexte idéal pour rassembler autour d'elle d'autres musiciens issus du Saguenay-Lac-Saint-Jean, ravis de venir "travailler" ici en plein été.

"C'est aussi une façon de rendre aux gens d'ici ce qu'ils m'ont donné", explique Renée-Paule, convaincue d'avoir persévéré grâce au soutien des mélomanes de la région. Parmi les événements marquants, elle parle principalement du Festival de musique du Royaume. "Un tel concours est essentiel, affirme la lauréate de la Bourse Brio et Virtuose Hydro du FMR. Ça nous donne le petit élan dont on a besoin pour faire carrière. Gagner un concours permet de garnir un CV; ça aide aussi parce que la préparation au concours exige une discipline stricte. Participer à un concours forme le mental."

Une région d'exception
Renée-Paule Gauthier n'est pas la seule à souligner la qualité des musiciens formés au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Leur performance est de plus en plus grande, constate-t-elle, si bien que lors des concours, les notes exigées pour atteindre la finale sont à la hausse. Pourquoi? La violoniste croit que le dynamisme des écoles de musique contribue à cette émergence. L'enseignement de la musique dans les écoles est plus développé en région que dans les grandes villes. Les cours privés isolent les musiciens. Or, croit la violoniste, la relation inter musiciens favorise une saine compétition et un enthousiasme partagé. Bien sûr, la qualité des enseignants compte pour beaucoup. "Tous les professeurs que j'ai eu ont été déterminants. Entre tous, il y a eu Jean-François Rivest. C'est un professeur de vie, un mentor." Elle est à son tour professeur de musique, en cours privés. L'enseignement lui permet de comprendre mieux que jamais ce qu'elle a reçu de ses maîtres tout en l'aidant à garder bien vivante toutes les techniques de base utiles à sa propre interprétation.

Il y a de bons enseignants, d'autres qui le sont moins, tout comme les élèves, note-t-elle. Leur point commun: le manque d'intérêt. Si l'on ne doit pas forcer les jeunes à réaliser les rêves de leurs parents, Renée-Paule Gauthier est convaincue que la musique doit être enseignée à tous. "La discipline de l'apprentissage de la musique a des effets sur l'ensemble de la personnalité. Beaucoup de mes techniques de pratique musicale s'appliquent dans les autres aspects de ma vie. Je suis convaincue que la musique développe les deux hémisphères, favorise la créativité. On ne compte plus les "success stories" dus à la musique ou au sport dans les écoles."

Un sens à la vie
Le bonheur, la violoniste le vit quand elle joue de la musique, quand elle vibre en compagnie d'autres passionnés comme elle. Pourtant, il lui arrive de mettre en doute son utilité. Faire carrière en musique n'a rien de facile et notre société n'a pas le culte des arts aussi fort que celui des sports. Tout repose sur ce que cela rapporte. Il lui arrive de se remettre en question. "Est-ce que ce que l'on fait sert à quelque chose? se demande-t-elle. Est-ce seulement du divertissement?" La réponse lui est venue d'un militaire ayant combattu en Irak et en Afghanistan. "J'étais assise à ses côtés dans l'avion, je lui parlais de ma musique. Il m'a parlé des pays en guerre, disant: Quand je pense aux endroits où j'ai été, je pense que là où il y a de la musique les gens ont dépassé le stade de la survie. La musique témoigne de l'évolution", conclut la violoniste.

Encadré:

Il est de plus en plus difficile de jouer à l'étranger. Un permis de travail coûte 1000$. C'est le double de notre cachet.

Je joue sur le violon de mes 16 ans. Un cadeau. Il appartenait à un membres du Quatuor Arthur-Leblanc.

Trouver les bons outils est un obstacle. Un musicien a rarement assez d'argent pour avoir l'instrument de son choix. L'archet de mes rêves coûte 10 000$.

Le violon que j'aimerais? Avec les vieux italiens on ne se trompe pas.

Nos compositeurs préférés sont ceux dont la personnalité ressemble à la nôtre. J'aime Bach, Mozart, Brahms, Beethoven. Mais Chostakovitch et Prokofiev, ça vient me chercher encore plus profondément.

© 2007 Progrès-Dimanche. Tous droits réservés.

Progrès-dimanche
Dimanche 26 août 2007

Renée-Paule Gauthier
De distinctions en distinctions

Christiane Laforge

JONQUIÈRE - Déjà fini! s'exclamera Renée-Paule Gauthier, ce soir, à la fin du quatrième et dernier concert du Rendez-vous musical de Laterrière, première année de son règne comme directrice artistique. Les idées foisonnent dans sa tête pour la prochaine édition de ce rendez-vous entre musiciens et oeuvres classiques. Pas question de passer outre cette occasion de venir jouer dans sa région natale, pleine de reconnaissance à l'égard de ces mélomanes qui, affirme-t-elle, ont influencé sa détermination à suivre sa destinée.

Très tôt remarquée par les oreilles sensibles, Renée-Paule Gauthier se distingue à l'école de musique comme dans les concours nationaux. Récipiendaire de nombreux premiers prix dont Concours de Musique du Canada, Festival de Musique du Canada, Concours de l'Orchestre du Symphonique de Montréal, elle a gagné les grands prix Brio et Virtuose Hydro-Québec du Festival de Musique du Royaume en 1994 et 1996.

Élève de Jean-François Rivest au Conservatoire de musique de Chicoutimi, elle a suivi le maître quand il a quitté la région. Bachelière en interprétation de l'Université de Montréal, Maîtrise en Interprétation et Littérature, Performer's Certificate de la Eastman School of Music, elle a continué ses études à la Hartt School of Music de Hartford devenant premier violon du Quatuor Diabelli. Elle a étudié auprès de Eugene Drucker, Brian Lewis, Phillip Setzer et Zvi Zeitlin, Victor Pikaisen, Pierre Amoyal, Sally Thomas, William Preucil et Christian Tetzlaf.

Violon solo du New World Symphony à Miami Beach en Floride jusqu'en janvier 2004, elle réside depuis à Ottawa où elle se produit avec l'Orchestre du Centre National des Arts et l'orchestre de chambre Thirteen Strings.

La jeune violoniste de Jonquière a l'avenir devant elle. Dans son livre "Violin virtuosos", l'auteur américain Henry Roth décrit la québécoise Renée-Paule Gauthier comme l'une "des étoiles montantes de la nouvelle génération de violonistes".

© 2007 Progrès-Dimanche. Tous droits réservés.

Le Quotidien
Samedi 18 août 2007

Rendez-vous musical de Laterrière
Renée-Paule Gauthier plus motivée que jamais

Christiane Laforge

Laterrière - Le Rendez-vous musical de Laterrière revient en force avec Renée-Paule Gauthier à la direction artistique. Quatre concerts seront présentés à l'église, véritable rencontre entre musiciens et mélomanes, tous réunis par un même amour de la musique.

"Je trouvais ça terrible qu'il n'y ait pas de festival de musique classique au Saguenay, alors que les musiciens d'ici sont si nombreux partout dans le monde", déclare la violoniste. La volonté de Luc Blackburn, conseiller municipal et laterrois convaincu, de redonner vie au Rendez-vous musical, qu'avait dû abandonner son directeur Luc Soucy, s'est traduit, en 2006, par la participation de Renée-Paule Gauthier. La musicienne, originaire de Jonquière, ne demandait pas mieux que de jouer dans sa région natale. Le plaisir fut si grand, avoue-t-elle, qu'elle a volontiers accepté la direction artistique de l'événement.

"J'y serai aussi longtemps que l'on voudra de moi, promet-elle. Les musiciens de la région sont très heureux de venir jouer pour ceux qui les ont accompagnés et encouragés quand ils étaient jeunes." Elle est convaincue de ne jamais avoir de difficulté à trouver des musiciens professionnels enchantés de participer à ce Rendez-vous musical de Laterrière. Tous sont heureux d'avoir ainsi l'occasion de se produire là où leur vocation a germé. Plus heureux encore de jouer ensemble les musiques qu'ils préfèrent. "La vraie musique se fait quand on sort de la pratique et que l'on rencontre les autres."

Voix et instruments
Le menu musical présenté lors des quatre concerts de cet été a été composé par Renée-Paule Gauthier. "Je voulais un bel équilibre entre les voix et les instruments." Elle a pensé à quatre thèmes. Le premier, "Des voix dans la nuit", ce samedi 18 août, met en vedette les étoiles montantes de la scène musicale canadienne: Karine Côté, soprano, Patrice Côté, contre-ténor, Éric Gauvin, ténor et Rosalie Asselin, pianiste. Ils interpréteront des oeuvres de Mozart, Handel et Glock.

Nathalie Choquette sera la Diva du mercredi 22 août. Suivie, le vendredi (24) par "Les cordes en fête". Cordes frottées ou verbales, précise la violoniste qui jouera en compagnie de Marianne Dugal (violon), Luc Beauchemin et Yakuri Cousineau (alto), David Ellis et Sylvain Murray (violoncelle), Céline Perreault (piano) et Jean-Sébastien Turgeon (ténor).

Le dernier concert traitera de la passion des musiciens pour les oeuvres de Schumann, "un cas unique dans l'histoire de la musique. Un poète dont le verbe est le son!". Le dimanche 26 août, le pianiste Jimmy Brière accompagnera Renée-Paule Gauthier, Marianne Dugal, Luc Beauchemin et Sylvain Murray dans cette "Célébration Schumann".

"On ne peut pas tout faire la première année, commente la directrice artistique, annonçant de belles années pour ce Rendez-vous annuel de la musique classique. Actuellement, le modeste budget de 40 000$ assure un renouveau qu'elle veut prometteur. Où l'on donnera la chance aux gagnants des concours de musique, aux étoiles montantes et à de jeunes musiciens en formation. Ces derniers donneront une courte prestation, avant chaque concert, à l'entrée de l'église.

Illustration:

RENÉE-PAULE GAUTHIER - La directrice artistique du Rendez-vous musical de Laterrière a de nombreux projets pour ce festival annuel de musique classique.


© 2007 Le Quotidien. Tous droits réservés.

Renée-Paule Gauthier
Renée-Paule Gauthier, violinist
Citizen photo by Mike Carrocetto

Spotlight on homegrown composers and their work

"Violinist Renée-Paule Gauthier performs at last night’s Ottawa Chamber Music Festival concert at Christ Church Cathedral. With saxophonist Victor Herbiet and pianist Frédéric Lacroix, she turned in a persuasive performance of Lacroix’s Roses are Red."


Video of the performance of Gary Kulesha's Piano Quintet. Banff Centre for the Arts, November 15, 2005

Passions, charme et désenchantement
"Sur la scène de l'église-rotonde Dominion-Chalmers, Marc-André Hamelin couplé d'abord à la jeune violoncelliste Denise Djokic dans la Sonate no 2, opus 99, toute tissée de passion, celle de Brahms en pleine maturité, divulguant ensuite avec un quatuor ad hoc formé de Renée-Paule Gauthier, Yuval Gotlibovich et la même Denise Djokic pour l'interprétation du second Quatuor à piano, opus 26, oeuvre de relative jeunesse.
Hamelin, royal, clair et ample, ouvrait pour ses partenaires un paysage brahonsien puissant, réalisant une constante pulsion intérieure, basée sur une netteté rythmique ancrée dans l'oeuvre-même, projetée jusque dans le chant le plus immatériel. Entraînées, les cordes se sont avérées à sa hauteur. Pas une seconde ce concert n'a cessé de fasciner."

Franck Piano Quintet
Our (free) National Arts Centre concert had been played by the Orchestre
de la francophonie canadienne, made up of players under the age of 30.
Works by Olivier Larue, Chausson, Ravel and Tchaikovsky were preceded
by a recital on the same stage of Cesar Franck's Piano Quintet. This
featured the evening's soloist, occasionally fiery violinist Lara St
John, and members of the orchestra: its first violinist and Concertmaster (Renee-Paule
Gauthier), first cellist (Gwendolyn Smith), the Orchestre's conductor
on viola (Jean-Philippe Tremblay), and Jean Desmarais on piano.

My guess is that this work's special challenge is the ensemble playing:
maintaining musical coherence in a work that any lapses in attention
would turn into a very messy musical porridge. It was met very successfully:
the players managed admirably, to me, with a special mention for Desmarais'
pianism, which gave the performance a high level of poetry.